Muriel Hurtis
Muriel Hurtis | DR

Muriel Hurtis à la découverte du Tour de France

Publié le , modifié le

Jeune retraitée des pistes d’athlétisme depuis l'an passé, Muriel Hurtis faisait partie des quelques invités de cette 10e étape du Tour de France. La championne du monde du 4X100m en 2003 savoure sa nouvelle vie qui lui permet notamment de découvrir d’autres univers, même si la compétition lui manque parfois.

Tout sourire, Muriel Hurtis attendait avec impatience de pouvoir monter dans la voiture suiveuse de la première étape pyrénéenne. « C’est un environnement que je découvre, ça me fait vraiment plaisir d’être là, de découvrir l’ambiance du Tour de France. Ca change ! Le fait d’avoir mis un terme à ma carrière, me permet de découvrir d’autres disciplines », explique-t-elle. Si elle n’est pas une spécialiste du cyclisme, elle en apprécie toutefois les particularités. « Je suis le vélo de loin, bien sûr, mais là je découvre vraiment. Je sais que le vélo est un sport très dur, et je suis admirative de voir ce dont ces coureurs sont capables de faire », convient la jeune femme de 36 ans. Cette dernière estime même « qu’il y a quelques similitudes avec les disciplines d’endurance de l’athlétisme. C’est un sport d’effort, de tonicité, il faut surtout avoir un mental pour ne rien lâcher, et aller au bout de son effort », indique la détentrice du record de France du 4X100 m.

'Une autre vie"

Depuis qu’elle a mis un terme à sa carrière sportive, la native de Bondy poursuit ses études et vient même d’être diplômée en psychomotricité, et a même commencé à faire du coaching sportif, intervenant régulièrement en entreprise. Egalement souvent sollicité par la Fédération française d’athlétisme, l’ex-sprinteuse a un emploi du temps assez chargé. Comme l’atteste sa présence sur la Grande Boucle, Muriel Hurtis aime le sport et n’a qu’une envie, celle de continuer à travailler dans cet univers. « Le sport c’est ma passion, et côtoyer d’autres sportifs me donnent envie de découvrir d’autre sports. Aujourd’hui, la compétition, le challenge me manque. Se donner un objectif sportif, et faire tout pour y arriver. Maintenant, les objectifs sont différents, c’est une autre vie ! »

Romain Bonte