Michael Rogers
Michael Rogers savoure sa victoire sur le Tour de France | AFP

Michael Rogers s’impose en finisseur devant Thomas Voeckler

Publié le , modifié le

Michael Rogers a remporté en solitaire la 16e étape du Tour de France, la première dans les Pyrénées. L’Australien de l’équipe Tinkoff-Saxo a faussé compagnie à ses compagnons d’échappée (dont Thomas Voeckler 2e) dans la descente vers Luchon pour l’emporter avec quelques longueurs d’avance. Vincenzo Nibali conserve son maillot jaune de leader. L'Italien possède 4'37 d'avance sur Alejandro Valverde, 5'06 sur Thibaut Pinot, 6'08 sur Jean-Christophe Péraud, 6'40 sur Romain Bardet et 9'25 sur Tejay Van Garderen. Le grimpeur de l'équipe AG2R et le leader de BMC ont perdu du terrain aujourd'hui.

Michael Rogers a su faire preuve d'intelligence pour aller cueillir une magnifique victoire sur la plus prestigieuse épreuve au monde. Âgé de 34 ans, l'Aussie a attendu sa dixième participation au Tour pour  enlever une étape, quelques semaines après s'être imposé à deux reprises dans  le Giro. Triple champion du monde du contre-la-montre (de 2003 à 2005), le 9e du Tour 2006 a apporté à sa formation son deuxième succès d'étape, après celui du Polonais Rafal Majka à Risoul.

Un peloton de 169 coureurs a pris le départ de cette 16e étape entre Carcassonne et Bagnères-de-Luchon. Deux non-partants: le Britannique Simon Yates et le champion du monde  portugais Rui Costa, victime d’une bronchite. Les 237,5 kilomètres du parcours, l'étape la plus longue de cette 101e édition, marquaient l'entrée dans le massif pyrénéen.

21 coureurs en tête

L’échappée qui compte –composée de 21 coureurs- s’est développée à partir du km 74 avec des hommes assez loin au classement général : Bernhard Eisel et Vasil Kiryienka (Sky), Tony Gallopin (Lotto-Belisol), Jérémy Roy (FDJ.fr), Jan Bakelants et Michal Kwiatkowski (Omega Pharma-Quick Step), Matteo Montaguti et Samuel Dumoulin (AG2R La Mondiale), Florian Vachon et Anthony Delaplace (Bretagne-Séché Environnement), Thomas Voeckler, Cyril Gautier et Kevin Reza (Europcar), Michael Rogers (Tinkoff-Saxo), Jens Keukeleire et Michael Albasini (Orica-GreenEdge), Tom Jelte Slagter (Garmin-Sharp), Greg van Avermaet (BMC), José Serpa (Lampre-Merida), Ion Izagirre (Movistar) et Roger Kluge (IAM).

L’écart avec le peloton a rapidement augmenté pour compter un peu plus de quatre minutes à 140 km de l’arrivée puis 6 minutes à 120 km de Luchon. A 95 km, l’avance des 21 fuyards passait au dessus des 9 minutes, juste avant l’ascension du col de Portet-d’Aspet, 5,4 km à 6,9% de moyenne. A 70 km de l’arrivée, plus de 10 minutes séparaient les échappés du peloton emmené par l’équipe Astana du maillot jaune Vicenzo Nibali. A 50 km de la ligne, l’écart était monté à plus de 12 minutes.

Pinot accélère, Bardet lâche prise

A 28 km de l’arrivée, une accélération de Thomas Voeckler provoquait un premier éclat dans le groupe de tête. Son coéquipier Cyril Gautier, José Serpa (Lampre) et Michael Rogers (Tinkoff) parvenaient à suivre la cadence en tête. Derrière, Pierre Rolland (Europcar) et Frank Schleck (Trek) étaient lâchés, à six kilomètres du sommet.

Gautier lâchait à son tour devant, au moment où Tejay Van Garderen (BMC) calait nettement derrière. Le groupe maillot jaune ne comptait plus que 14 coureurs : Intxausti, Kangert, Nibali, Peraud, Bardet, Pinot, Jeannesson, Gadret, Valverde, Van Garderen, König, Zubeldia, Mollema, Ten Dam.

Voeckler et Gautier impuissants face à Rogers​

A 4 km du sommet du port de Balès, Thibaut Pinot attaquait fort. Nibali, Valverde et Péraud parvenaient à suivre mais pas les autres dont Romain Bardet et Bauke Mollema, trop justes. Le grimpeur de la formation AG2R n’était pas dans un grand jour, et Pinot, aidé par un formidable Jeannesson revenu de l’arrière, creusait l’écart au sein du petit groupe maillot jaune. Pendant ce temps-là, Serpa passait en tête au sommet devant Voeckler et Rogers. 

Ca s’activait également un peu plus loin. A 500 m du sommet, Pinot réussissait à faire craquer Valverde. Le leader de la FDJ prenait même quelques longueurs d’avance sur Nibali et Péraud avant la redoutable descente vers Luchon. Bardet pointait à plus de deux minutes. Le groupe de tête se gonflait de deux éléments supplémentaires : Gautier et Kyrienka rejoignaient les trois hommes qui les avaient lâchés auparavant (Voeckler, Roger et Serpa). C'est finalement Rogers qui se montrait le plus malin, le plus entreprenant et le plus fort en lâchant ses compagnons dans les ultimes kilomètres pour s'imposer en finisseur à Luchon. Il a devancé Thomas Voeckler (2e,) Vasil Kyrienka (3e), José Serpa (4e) et Cyril Gautier (5e) pour s'adjuger  la 23e victoire de sa carrière. Il s'agit également du 25e succès australien sur la Grande Boucle.

Derrière, les favoris sont arrivés ensemble (Nibali, Valverde, Pinot, Péraud) à l'exception de Romain Bardet, le grand perdant du top 5 avec Tejay Van Garderen.  Ce soir, les Français sont très bien placés pour le podium. La troisième place devrait se jouer entre Pinot, Péraud et Bardet. Nibali, de son côté, se rapproche chaque jour un peu plus de son premier Tour.

Vidéo: les images de l'arrivée