Sylvain Chavanel
Sylvain Chavanel | ERIC FEFERBERG / AFP

Chavanel déçu mais toujours d'attaque

Publié le , modifié le

Longtemps à l'avant dans cette étape pour baroudeurs, Sylvain Chavanel a, avec ses quatre compagnons d'échappée, longtemps tenu le rythme en creusant l'écart sur le peloton. Mais lorsque Kadri a placé son accélération à 22 km de l'arrivée, le coureur de la formation IAm a dû rendre les armes. A l'arrivé à Gerardmer, sous la pluie, il se montrait certes déçu mais parlait déjà des prochains rendez-vous.

"J’ai rapidement pensé que l’échappée que nous avions lancée pouvait aller au bout. C’était une étape que j’avais cochée et je pensais être capable de passer les derniers cols. Ils étaient à ma portée. Évidemment, j’aurai préféré pouvoir jouer ma chance à fond jusqu’au bout, mais ça n’était pas possible parce que finalement, quand j’ai vu que l’écart diminuait, j’ai tenté de prendre le large tout seul, en pensant que je pourrai garder le tempo. Mais je n’ai pas pu vraiment lâcher mes compagnons d’échappée et quand Blel Kadri a contré, c’était impossible pour moi de le suivre. J’ai essayé mais je n’ai pas réussi à m’accrocher et j’ai perdu de plus en plus de temps. Finalement, quand le devant du peloton a réagi, je me suis fait reprendre. Finir 10e après ce que j’ai tenté, ce n’est vraiment pas être récompensé".

Chavanel a malgré tout tenu à relativiser. "Je suis déçu oui et non. Déçu par le résultat mais content du travail accompli par l’équipe dans les soixante premiers kilomètres, et content d’avoir été à l’offensive. Dans ce genre de course ou tout semble ou vert, il faut attaquer. J’ai laissé beaucoup d’énergie dans l’opération et il va falloir récupérer. Malgré tout, j’espère retourner devant parce que, maintenant, c’est tous les jours que la course peut être dynamitée et si je peux être dans le mouvement je tenterai ma chance. En attendant, je félicite Blel Kadri, il a su sortir au bon moment pour aller gagner. Bravo à lui."

Vidéo : l'attaque de Chavanel sur la route de Gérardmer

Christian Grégoire