Sunweb
Les coureurs de la formation néerlandaise Sunweb. | Yuzuru Sunada / Belga

Les équipes du Tour (8/22) : Sans Dumoulin, Sunweb comptera sur le duo Barguil-Matthews

Publié le , modifié le

La Team Sunweb jouera sur deux tableaux lors du prochain Tour de France ! En l'absence de Tom Dumoulin, vainqueur du Giro le mois dernier et de deux étapes sur la dernière Grande Boucle, l'équipe néerlandaise s'appuiera sur un duo complémentaire avec le puncheur-sprinteur australien Michael Matthews et le grimpeur français Warren Barguil. Avec ces deux hommes-là, une victoire d'étape est clairement envisageable pour une formation expérimentée. Et pourquoi pas plus ?

L'objectif : Les étapes, et un maillot distinctif ?

Fin 2015, l'équipe Sunweb (Giant-Alpecin à l'époque) perdait son sprinteur et collectionneur de victoires sur le Tour, l'Allemand Marcel Kittel, vainqueur de 8 étapes pour la formation néerlandaise (4 en 2013 et 4 en 2014). Un coup dur ? Absolument pas grâce au polyvalent Tom Dumoulin qui a ramené deux bouquets l'an dernier en remportant les 9e et 13e étapes (au sommet d'Andorre-Arcalis puis lors du contre-la-montre de La Caverne du Pont-d'Arc). Si le Néerlandais sera absent en 2017, Sunweb compte des hommes qui savent gagner sur la Grande Boucle comme le Berlinois Simon Geschke (31 ans, vainqueur de la 17e étape du Tour de France 2015 au sommet de Pra-Loup) ou l'Australien Michael Matthews (vainqueur de la 10e étape l'an dernier à Revel avec le maillot d'Orica). Enfin, reste Warren Barguil. Au maximum de ses possibilités, le Français est capable de tout : remporter au moins une étape de montagne bien sûr (il l'a déjà fait à deux reprises sur une seule et même Vuelta en 2013), jouer le classement général pour y viser un top 10 voire disputer le maillot à pois ! 

Le Français : Warren Barguil a le choix

Et si ce n'était pas cette dernière option qui conviendrait le mieux au Breton de 25 ans ? Si Warren Barguil cherchera forcément à lever les bras sur l'un des 5 massifs traversés par ce Tour de France 2017, il pourrait également voir plus loin. Et sur le long terme, sa capacité à tenir pendant trois semaines sans une seule défaillance est vraiment très aléatoire. Le lauréat du Tour de l'Avenir en 2012 n'a jamais réussi à confirmer les grands espoirs placés en lui sur le classement général des Grands Tours malgré des résultats satisfaisants (8e de la Vuelta en 2014 et 15e du Tour en 2015). Avec pas moins de 7 étapes réservées aux purs grimpeurs (dont notamment les arrivées au sommet de La Planche des Belles Filles, de Peyragudes et de l'Izoard), la course au maillot à pois pourrait ainsi devenir une quête plus qu'intéressante pour le Breton.

L'homme à suivre : Michael Matthews

A 26 ans, Michael Matthews a déjà triomphé sur chacun des trois Grands Tours : 2 fois sur le Giro et à 3 reprises sur la Vuelta, mais seulement à une seule occasion lors du Tour de France. C'était le 12 juillet 2016, à Revel l'Australien avait devancé le double champion du monde Peter Sagan dans un sprint pour hommes forts. Il était alors sous les couleurs de la formation Orica-BikeExchange. Il faut dire que Matthews va disputer sa première épreuve de trois semaines sous sa nouvelle tunique blanche et noire de la Sunweb. Ce dernier pourrait même rêver d'un maillot vert au vu de ses capacités en moyenne montagne qui le rapproche d'un profil à la Peter Sagan, immense favori à sa succession dans le classement par points. La dernière fusée "aussie" à avoir ramené le maillot vert à Paris se nomme Robbie McEwen en 2006...

L'équipe Sunweb pour le Tour de France

Michael Matthews (AUS), Nikias Arndt (GER), Warren Barguil (FRA), Roy Curvers (NED), Simon Geschke (GER), Ramon Sinkeldam (NED), Laurens Ten Dam (NED), Mike Teunissen (NED), Albert Timmer (NED), 

Fabien Mariaux