Kristoff serre les dents
Kristoff (Katusha-Alpecin) serre les dents | DAVID STOCKMAN / BELGA MAG / BELGA

Les équipes du Tour (5/22) : Katusha-Alpecin va devoir saisir les bonnes occasions

Publié le , modifié le

Pour sa 9e participation au Tour de France (du 1er au 23 juillet), la formation Katusha-Alpecin compte bien faire parler d’elle. Si le Top10 va être difficilement accessible – notamment depuis le départ de Joaquim Rodriguez fin 2016 -, elle possède toutefois de sérieux atouts pour s’adjuger quelques étapes. Elle comptera bien entendu sur le sprinteur norvégien Alexander Kristoff qui a offert à l’équipe russo-suisse six des sept victoires obtenues cette saison. Un autre coureur sera également à surveiller de très près : l’Allemand Tony Martin, champion du montre en titre du contre-la-montre. En revanche, de nombreux absents sont à déplorer.

L'objectif : deux étapes d'ores et déjà cochées

En 2016, la formation Katusha avait terminé à la 9e place au classement par équipe de la Grande Boucle. Cette année encore, il lui sera difficile de venir se mêler à la lutte avec le "Big Three" Sky-Movistar-BMC. Aucun coureur de la formation russo-suisse n'a réellement les moyens de faire déjouer les pronostics et de venir concurrencer Nairo Quintana, Christopher Froome ou encore Richie Porte pour la victoire finale. Résultat, José Azevedo et ses coureurs vont se concentrer principalement sur des victoires d'étapes.

Tony Martin sera un des grands favoris pour les deux contres-la-montre individuel. Il pourra faire parler toute sa puissance dès le 1er juillet, sur les 14km du premier chrono. Un chrono qui lui tiendra d'autant plus à coeur qu'il se déroulera dans son pays, en Allemagne (Düsseldorf). On le retrouvera aussi aux avants-postes lors de l'avant-dernière étape, un contre-la-montre de 22,5km à Marseille. Le rouleur allemand devrait profiter de ses deux belles occasions pour s'offrir une 6e victoire sur les routes françaises. 

Le coureur à suivre : Alexander Kristoff

Avec deux victoire d'étapes en 2014, le sprinteur norvégien était largement venu bousculer les Allemands Marcel Kittel et André Greipel. Depuis, plus rien. L'an passé, il a été souvent placé mais jamais vainqueur. Alors, pour sa 5e participation, Kristoff compte bien jouer les premiers rôles. Avec une 4e place à Milan-San Remo, une 5e place au Tour des Flandres et un succès au GP de Francfort, il va aborder la Grande Boucle en bonne forme ... même si son équipe n'en ai manifestement pas convaincu. Quelques tensions existent actuellement entre le coureur et le staff. 

"On m'a dit que j'étais trop lourd, a récemment raconté le natif d'Oslo. Ils pensent que je devrais perdre deux ou trois kilos. Je ne suis pas plus lourd que les autres années, mais ils semblent penser l'inverse. Je prends ça avec humour. Bien sûr que j'aurais pu être un peu plus léger mais je suis performant, donc ce n'est pas si important. Je ne vois pas pourquoi ils seraient en colère contre moi, je suis le seul qui a des résultats chez Katusha. Sur nos sept victoires, j'en ai six". Un succès sur les routes françaises remettrait indéniablement les choses à plat entre Katusha-Alpecin et le Norvégien. Mais ce dernier risque d'être un peu esseulé dans sa tâche ...

Les absents : Ilnur Zakarin, Erik Byström, Michael Morkov et ... Simon Spilak

La liste des absents est assez conséquente. A commencer par Ilnur Zakarin. Contre toute attente, le coureur russe n'a pas recu le feu vert de son directeur sportif. Il a pourtant réalisé une belle saison (5e du Giro, 6e de Paris-Nice et 2e du Tour d'Abou Dabi) et aurait pu, comme l'an passé au barrage d'Emosson (17e étape), grimper une nouvelle fois sur la plus haute marche du podium. 

 Le Norvégien Sven Erik Byström et le Danois Michael Morkov n'ont, eux aussi, pas été retenus pour participer au 104e Tour de France. Un coup dur pour Alexander Kristoff car ces deux coureurs sont les garçons de confiance du sprinteur. Selon L'Équipe, Morkov aurait qualifié ce choix de "décevant" avant d'ajouter qu'il n'a reçu "aucune explication".  C'est Rick Rabel qui sera finalement chargé d'épauler le sprinteur norvégien. 

Enfin, après sa victoire sur le Tour de Suisse, on aurait aimé voir de quoi est capable Simon Spilak sur la Grande Boucle. Malheureusement, sans grande surprise, le Slovène, un des meilleurs coureurs de sa génération, ne s'alignera pas au départ de l'épreuve.  Pour Spilak, juillet est consacré au Tour de Pologne. "Pas de grand tour pour mois depuis 2014, a-t-il récemment expliqué. C'est ma décision, je préfère les courses à étapes de 6 à 10 jours". Celui qui n'a jamais vraiment été en réussite sur les grands tours a par ailleurs confié ne pas aimer la chaleur. C'est bien dommage car il semblait avoir les jambes cette saison pour faire un résultat et ainsi compléter un palmarès personnel déjà solide. 

L'équipe Katusha-Alpecin pour le Tour de France

Tony Martin (GER), Marco Haller (AUT), Reto Hollenstein (SUI), Robert Kiserlovski (CRO), Alexander Kristoff (NOR), Maurits Lammertink (NED), Tiago Machado (POR), Nils Politt (GER), Rick Zabel (GER)

Isabelle Trancoën