Les équipes du Tour (11/22) : Cannondale-Drapac, l'esprit revanchard

Les équipes du Tour (11/22) : Cannondale-Drapac, l'esprit revanchard

Publié le , modifié le

Après un Tour de France catastrophie l'année passée, Cannondale-Drapac aura l'esprit revanchard au départ de la Grande Boucle. Sous l'impulsion d'un Pierre Rolland auteur de prestations remarqués durant le printemps, l'équipe de Jonathan Vaughters visera au minimum une victoire d'étape, avec dans un coin de la tête un potentiel Top 10.

Objectif : mieux figurer que l'an dernier

Avec des comptes dans le rouge et un avenir plus qu’incertain, le team Cannondale-Drapac voudra assurément briller sur cette nouvelle édition de la Grande Boucle, histoire d’attirer de nouveaux partenaires et de s’assurer d’une nouvelle saison dans le World Tour. L’équipe de Jonathan Vaughters va pour cela devoir mettre fin à trois ans de disette sur le Tour, l’équipe Cannondale n’ayant plus levé les bras depuis la victoire de Ramunas Navardauskas à Bergerac en 2014. Avec un Pierre Rolland en jambes cette année, tous les espoirs sont permis pour une équipe Cannondale qui voudra oublier un Tour 2016 catastrophique (19e place par équipe, zéro victoire d’étape).

Le Français : Pier​re Rolland

"Faire ce que j’aime faire." Propulsé leader de l’équipe Cannondale l’année passée, Pierre Rolland est revenu a ses premières amours cette saison et vise désormais les victoires d’étape. Un choix payant pour l’Orléanais qui a retrouvé son coup de pédale au printemps en décrochant une victoire sur le Giro puis sur la Route du Sud. "C’est si gratifiant de le voir obtenir ces résultats cette saison parce que je sais exactement à quel point il travaille dur pour y arriver (…) C’est un très grand travailleur et un très bon gars. Je suis très heureux pour lui" a confié Jonathan Vaughters, le manager général de Cannondale-Drapac.A 30 ans, celui qui a signé trois Top 10 sur le Tour (8eme en 2012, 10eme en 2011 et 2015) n’a désormais qu’une ambition : lever les bras sur la Grande Boucle, comme en 2011 et 2012. "L'ambition sera d'aller chercher une étape, de me faire plaisir... Comme j'ai couru sur la Route du Sud, et comme j'ai couru au Giro." 

 

 

L’homme à suivre :  Rigobert​o Uran

Si Pierre Rolland roule désormais avec le costume de chasseur d’étapes, la liquette de leader devrait revenir à Rigoberto Uran. Deux fois sur le podium du Tour d’Italie (2013, 2014) et excellent grimpeur, le Colombien a déjà prouvé sa valeur sur les Grands Tours même si ces performances sur la Grande Boucle sont loin d’avoir marqué les esprits (24e au général en 2011, son meilleur classement). Absent du Giro cette année, Uran a axé sa préparation sur les Ardennaises et le Tour de France. De quoi espérer gratter une victoire d’étape et pourquoi pas une place dans le Top 10 à l’arrivée sur les Champs-Elysées. Lui en tout cas ne cache pas ses ambitions. "Je pense que ce sera un Tour très imprévisible cette année confiait le Colombien à Cyclingnews il y a quelques mois. La route est pleine de surprises et d’opportunités, et c’est le genre de parcours que j’aime."

L'équipe Cannondale-Drapac pour le Tour de France

Pierre Rolland (FRA), Alberto Bettiol (ITA), Patrick Bevin (NZL), Nathan Brown (USA), Simon Clarke (AUS), Taylor Phinney (USA), Andrew Talansky (USA), Rigoberto Uran (COL) et Dylan van Baarle (NED).

Mathieu Aellen