Leopold König, l’invité surprise du Top 10

Leopold König, l’invité surprise du Top 10

Publié le , modifié le

A 26 ans, pour son premier Tour de France, Leopold König (NetApp-Endura) est déjà à la hauteur des meilleurs grimpeurs du peloton. Solide huitième (à 9’32 de Nibali) au classement général, le coureur tchèque a réalisé une impressionnante traversée des Alpes. Confirmation probable lors des trois prochains jours dans les Pyrénées.

Lorsque NetApp-Endura avait été choisi pour participer à la Vuelta, en août dernier, certaines voix s’étaient élevées pour protester contre cette invitation. La formation continentale allemande n’avait alors pas participé à un seul grand Tour, et ne faisait pas forcément figure de favorite face à l’équipe IAM, qui venait déjà d’être écartée pour la centième édition de la Grande Boucle. Début septembre, à l’heure du bilan, plus personne n’osait encore se plaindre. A lui seul ou presque, Leopold König venait de faire taire toutes les critiques.

Avec une neuvième place au général, le jeune leader avait alors surpassé toutes les attentes. En vue dès la deuxième étape, König s’était imposé une semaine plus tard, avalant Igor Anton à 500 mètres de la ligne pour lever les bras au sommet du col de Penas Blancas. Malade pendant la deuxième partie de la course, le néophyte s’était accroché pour se maintenir dans le Top 10 final. Le phénomène, révélé sur le tard, semble être bien parti pour faire de même sur le Tour 2014.

"Un vrai coureur de grands Tours"

Avant les Alpes, rien n’a pourtant souri au Tchèque et à sa formation allemande. Le premier a passé une première semaine difficile, tandis que NetApp a perdu sur chute Tiago Machado, alors troisième au classement général. Mais à l’approche des premiers cols alpestres, König a retrouvé de sa superbe. Vendredi, dans la montée hors-catégorie vers Chamrousse, il s’est envolé aux côtés de Rafal Majka.

Finalement repris par Vincenzo Nibali, il a remis ça le lendemain où, malgré une montée de l’Izoard "en mode survie", il a encore terminé dans les dix. Résultat : 28e avant de franchir les Alpes, le grimpeur est aujourd’hui calé à la 8e place du général. "Si on faisait le Tour des Alpes au lieu de faire le Tour de France, je pourrais être deuxième ou troisième", s’amusait König avant la journée de repos.

"Il a les moyens de finir dans le Top 6, estime son directeur sportif Enrico Poitschke. Dans sa carrière, il peut aller encore plus haut. C'est avant tout un grimpeur, mais qui est capable de briller dans tous les domaines. C'est un vrai coureur de grands Tours, doté d'une capacité de récupération phénoménale". Dans les Pyrénées, sur des pentes qu’il affectionne particulièrement, 'Leo' aura trois opportunités supplémentaires d’aller chercher une victoire d’étape. Cela ne ferait qu’accroître sa cote sur le marché car le Tchèque, chez NetApp depuis 2011, arrive en fin de contrat et sera l’un des coureurs les plus convoités de l’intersaison.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer