Tourmalet 2019
All eyes on Pinot. | AFP

L'échappée menacée, Alaphilippe, Ineos : la 15e étape en trois questions

Publié le , modifié le

Au lendemain d'une journée riche en enseignements, le peloton se lance dans une 15e étape qui peut s'avérer déterminante. Une échappée peut-elle aller au bout ? Julian Alaphilippe finira-t-il par craquer ? Ineos va-t-elle tenter quelque chose ?

• L'échappée peut-elle aller au bout ?

l'instar d'un Thomas De Gendt, que l'on a vu très en jambes dans le contre-la-montre, certains coureur auront peut-être l'irrésistible envie de s'illustrer ce dimanche. Placée juste avant la deuxième journée de repos, cette 15e étape disputée entre Limoux et Foix Prat d'Albi va clore la séquence pyrénéenne et ils seront quelques-uns à tenter leur chance pour un succès d'étape.

La course au maillot à pois devrait également inciter les grimpeurs à prendre les devants, notamment dans le Mur de Péguère avec les bonifications. Mais les éventuels fuyards risquent de voir leurs efforts réduits à néant si les favoris projettent de récupérer du temps.

• Alaphilippe va-t-il craquer ?

C'est devenu la question de cette édition. En jaune pour la 11e journée depuis le début de cette Grande Boucle, Julian Alaphilippe s'accroche telle une sangsue à la tunique de leader. Taillée pour des attaquants, cette étape peut permettre à des leaders de se relancer.

à voir aussi Tour de France 2019 : Jusqu'où Julian Alaphilippe ira-t-il ? Tour de France 2019 : Jusqu'où Julian Alaphilippe ira-t-il ?

Mais vainqueur du contre-la-montre et encore deuxième la veille dans le Tourmalet, le coureur de la formation Deceuninck-Quickstep n'a jusqu'à présent, montré aucune faiblesse. Son premier poursuivant Geraint Thomas (à 2'02) ne semble pas avoir les armes pour l'instant. Steven Kruijswijk, Egan Bernal ou encore Thibaut Pinot peuvent quant à eux commencer à l'inquiéter. Eventuellement…

• Que doit faire Ineos ?

C'est pour le moment la soupe à la grimace du côté d'Ineos, et l'équipe britannique n'est vraiment pas habituée à être malmenée à ce point. Loin d'être à son meilleur niveau dans le Tourmalet, Thomas sent que son statut de favori pourrait être rapidement remis en question, alors qu'Egan Bernal lui a repris 28 secondes.

Visiblement moins forts jusqu'à présent, subissant plus qu'ils ne maîtrisent, les Ineos ont fait naître des espoirs chez les autres favoris. Et ces derniers ne vont pas se priver d'enfoncer le clou à la moindre occasion. Si la meilleure défense reste l'attaque, encore faut-il en avoir les moyens… La journée de repos pourrait être salutaire pour les coéquipiers de Thomas, mais il faudra avant préserver un capital secondes qui se réduit au fil des kilomètres.

à voir aussi Tour de France 2019 : Ineos, un empire déstabilisé Tour de France 2019 : Ineos, un empire déstabilisé