TDF 16
Le Tour de France 2016 | ASO

Tour de France 2016: un parcours bien corsé

Publié le , modifié le

Le parcours du Tour de France 2016 a été dévoilé ce mardi, au Palais des Congrès à Paris, par le directeur de la Grande Boucle, Christian Prudhomme. Le grand départ se tiendra le 2 juillet au Mont Saint-Michel et les coureurs resteront trois jours dans la Manche. Puis direction les Pyrénées et Andorre en passant par la station Auvergnate de Super Lioran, une première depuis 1975. La remontée vers Paris sera rapidement marquée par le terrible Ventoux le 14 juillet, précédent le premier chrono individuel dans les magnifiques Gorges de l'Ardèche avant de terminer par les Alpes avec un crochet par la Suisse ! Un joli programme qui ravira les grimpeurs.

Si le Grand Départ du Mont Saint-Michel était acté, les grands rendez-vous de la Grande Boucle 2016 restaient à découvrir. Les pronostics des médias français et étrangers allaient bon train depuis plusieurs jours. Terminées les rumeurs, place au véritable parcours ! Et pour le coup, Chris Froome, Nairo Quintana, Alberto Contador ou encore Thibaut Pinot peuvent sourire : le Tour 2016 offre un joli programme pour les grimpeurs.

Super Lioran 40 ans plus tard

Après le départ de Normandie, les difficultés vont arriver très vite. Dès la première semaine (mercredi 6 juillet), les organismes seront confrontés à la fameuse ascension de Super Lioran. La station Auvergnate, qui n'a plus été visitée par le peloton depuis 1975, n'affiche pas un profil du calibre de l'Alpe d'Huez ni du Galibier mais, avec des pentes très rudes, cela pourrait déjà provoquer quelques dégâts. La suite, dans les Pyrénées, s'annonce explosive... Les coureurs prendront la direction d'Andorre en passant notamment par Payolle, Luchon et Arcalis.

Ensuite, la remontée vers Paris offrira dix jours complètement fous. Le retour du contre-la-montre individuel dans les sublimes Gorges de l'Ardèche cassera les jambes des purs grimpeurs qui devront limiter les écarts après le redoutable Mont Ventoux le 14 juillet. Quoi de mieux qu'une montée légendaire pour la fête nationale ?

Un tour pour les cadors​

Pour terminer, le passage par les Alpes, avant de rejoindre Chantilly pour l'ultime étape vers les Champs-Elysées, proposera Saint-Gervais, Morzine, la montée du Grand Colombier avant l'arrivée à Culoz, et surtout un long passage par la Suisse avec l'inédite et exigeante ascension du barrage d'Emosson (1929m d'altitude), une des grandes attractions de ce 103e tour de l'histoire. La course proposera donc quatre arrivées au sommet et deux contre-la-montre dont un à proximité du massif du Mont-Blanc, une montagne omniprésente durant la dernière semaine.

Ce tracé va forcément plaire aux hommes forts de ces dernières années: Chris Froome, lauréat en 2013 et 2015, Alberto Contador, également double vainqueur, ou encore Nairo Quintana, dauphin de Froome l'an passé. Vincenzo Nibali, vainqueur 2014, ne devrait pas y prendre part, se consacrant a priori au Giro. Fabio Aru, qui prendra sa place, sera également un client, tout comme les Français Romain Bardet et Thibault Pinot, heureux dès que la pente s'élève.

Prudhomme: des terrains d'expression hors des Alpes et des Pyrénnés

"Nous sommes dans la fourchette haute de la montagne, avec 28 cols", a  estimé son directeur Christian Prudhomme en soulignant avoir travaillé encore  plus que d'habitude l'esthétisme des lieux: "Nous avons cherché des terrains  probants dans des lieux magnifiques. Le Mont Saint-Michel donne le ton." Si le Tour 2016 prend son départ de France pour la première fois depuis  2013, après Leeds en 2014 et Utrecht en 2015, il visite les pays frontaliers de  l'hexagone. Espagne, Andorre et Suisse sont ainsi au programme.

"On essaye d'aller chercher des terrains d'expression hors des Alpes et des  Pyrénées", explique le directeur du Tour, qui se félicite du nombre-record  (273) de candidatures reçues pour accueillir la Grande Boucle. Ce Tour, qui s'arrête dans de petites bourgades -Sainte-Marie-du-Mont  (Manche), Arpajon-sur-Cère (Cantal), L'Isle-Jourdain (Gers), Villars-les-Dombes  (Ain), Moirans-en-Montagne (Jura), Finhaut (Suisse)-, prend une tonalité  champêtre. Les sprinteurs auront l'occasion de s'exprimer sur six ou sept étapes avant les grandes explications des deux dernières semaines de course. Ca promet !

Les étapes

2 juillet: 1re étape Mont-Saint-Michel - Utah Beach Sainte-Marie-du-Mont,  188 km
3 juillet: 2e étape Saint-Lô - Cherbourg-Octeville, 182 km
4 juillet: 3e étape Granville - Angers, 222 km
5 juillet: 4e étape Saumur - Limoges, 232 km
6 juillet: 5e étape Limoges - Le Lioran, 216 km
7 juillet: 6e étape Arpajon-sur-Cère - Montauban, 187 km
8 juillet: 7e étape L'Isle-Jourdain - Lac de Payolle, 162 km
9 juillet: 8e étape Pau - Bagnères-de-Luchon, 183 km
10 juillet: 9e étape Vielha Val d'Aran (Espagne) - Andorre Arcalis, 184 km
11 juillet: repos à Andorre
12 juillet: 10e étape Escaldes-Engordany (Andorre) - Revel, 198 km
13 juillet: 11e étape Carcassonne - Montpellier, 164 km
14 juillet: 12e étape Montpellier - Mont Ventoux, 185 km
15 juillet: 13e étape Bourg-Saint-Andéol - La Caverne du Pont-d'Arc, 37 km  (contre-la-montre individuel)
16 juillet: 14e étape Montélimar - Villars-les-Dombes Parc des Oiseaux, 208  km
17 juillet: 15e étape Bourg-en-Bresse - Culoz, 159 km
18 juillet: 16e étape Moirans-en-Montagne - Berne (Suisse), 206 km
19 juillet: repos à Berne
20 juillet: 17e étape Berne - Finhaut-Emosson (Suisse), 184 km
21 juillet: 18e étape Sallanches - Megève, 17 km (contre-la-montre  individuel)
22 juillet: 19e étape Albertville - Saint-Gervais Mont Blanc, 146 km
23 juillet: 20e étape Megève - Morzine, 146 km
24 juillet: 21e étape Chantilly - Paris Champs-Elysées, 113 km

Onze temps forts

Cherbourg (2e étape): bousculade à prévoir dans le final en montée. Avec un  mur à franchir avant la flamme rouge.
   
Le Lioran (5e étape): parcours en forme de montagnes russes auvergnates  dans les 35 derniers kilomètres. Il faudra grimper... et aussi descendre.
   
Luchon (8e étape): la deuxième journée pyrénéenne mêle grands classiques  (Tourmalet, Peyresourde) et cols récents (Hourquette d'Ancizan, Azet).

Andorre Arcalis (9e étape): si la grandiose ascension finale est plutôt  roulante, les deux cols précédents en Andorre sont pentus.
  
Mont Ventoux (12e étape): un Géant pour la Fête Nationale. Le Ventoux par  son versant sud, le plus majestueux. Une course de côte format XXL.
   
La Caverne du Pont d'Arc (13e étape): le seul grand "chrono" du Tour, sur  37 km, est très exigeant. En avant-goût de celui des JO de Rio.
  
Culoz (15e étape): "une étape très difficile", préviennent les  organisateurs. Avec deux montées du Grand Colombier, une complète et une  partielle, pour finir.
   
Finhaut-Emosson (17e étape): une ascension finale inédite et raide pour  rejoindre le barrage. La Forclaz fait office de marche-pied.
   
Megève (18e étape): le second contre-la-montre du Tour, en côte, escalade  Domancy. Les grimpeurs sont avantagés.
   
Saint-Gervais Mont Blanc (19e étape): après la montée inédite de Bisanne,  la course se jouera sur les pentes du Bettex abordée par la côte des Amerands.
   
Morzine (20e étape): Joux Plane est le dernier col (hors catégorie) du  Tour. Au sommet, il ne reste plus que 12 kilomètres pour rejoindre l'arrivée.