Laurent Gerra répond à Nelson Monfort : "Ce serait une catastrophe si le Tour de France n'avait pas lieu"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Nelson Monfort
Laurent Gerra
Laurent Gerra | STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Nelson Monfort a contacté l'imitateur et humoriste Laurent Gerra pour lui demander comment il vivait le confinement et ce qu'il pensait du report du Tour du France.

Laurent Gerra, comment vivez-vous cette période totalement inédite ?
Laurent Gerra :
"Plutôt bien, parce que j'ai la chance d'être à la montagne, dans mon chalet, d'avoir une belle vue, de pouvoir aller un petit peu sur les chemins environnants, pas trop loin en respectant évidemment le confinement, mais je peux aller ramasser des herbes, du bois... je vis une vie un peu en ermite mais comme j'aimais déjà bien venir me ressourcer dans le coin, je le vis plutôt bien et j'en profite pour faire des choses que je n'avais pas le temps de faire quand j'étais ici."

On vous écoute chaque matin sur RTL, êtes-vous conscient du fait qu'en ce moment vous, comme beaucoup d'humoristes, avez un rôle particulier et une vraie importance ?
LG :
"Je ne sais pas, en tout cas même pour nous c'est une respiration. On se retrouve avec les auteurs, même si on n'est pas physiquement présents à la radio avec Yves Calvi, et c'est vrai que ce petit rendez-vous qu'on a quasi quotidien pour rigoler et essayer de prendre ça de façon plus légère, ça nous fait du bien aussi. Alors si en plus ça peut apporter un peu de sourire dans les foyers confinés, alors tant mieux !"

Il y a un événement sportif auquel vous êtes particulièrement attaché, c'est le Tour de France cycliste. Il a été reporté au mois de septembre et beaucoup de personnes souhaitent qu'il ait bien lieu car ce serait comme une lumière au bout du tunnel. Quel est votre sentiment là-dessus ?
LG :
"J'ai eu Christian Prudhomme et je lui ai dit que de tout cœur on souhaitait que le Tour continue et qu'il ait lieu. Je ne sais pas dans quelles conditions, il faudra évidemment respecter les conditions de sécurité et sanitaires mais ce serait une catastrophe si le Tour de France n'avait pas lieu. Ce qui va être dur, c'est pour l'entraînement des coureurs car il leur faut au moins deux mois avant pour s'entraîner et cela va être très compliqué."

Comment vous est venu cet attachement au Tour de France ?
LG :
"Comme pour beaucoup de Français, sur le bord de la route en le voyant passer enfant. Et puis après, j'ai eu la chance avec Gérard Holtz d'être dans la voiture de France Télévisions pour suivre une étape et régulièrement j'ai suivi des étapes, j'ai été parrain de certaines équipes... J'aime cette ambiance, toute cette logistique... Et puis c'est un sport gratuit, c'est la France sur le bord de la route !"

A vous écouter, un Tour de France à huis clos semble totalement impossible...
LG :
"Ça paraît bizarre... J'ai eu aussi mon ami Thierry Frémont qui se posait la question pour le Festival de Cannes. Tout le monde est à la même enseigne, il faut prendre ça avec philosophie."

Est-ce que vous profitez de cette période pour écrire, trouver de nouvelles idées de sketchs, de parodies, d'imitations, de chansons ?
LG :
"Ce n'est pas forcément une période propice à cela. je profite de la vie, je profite de cette pause. C'est la première fois que tout est rayé dans mon emploi du temps alors que j'ai l'habitude d'être sur les routes ! Alors je regrette évidemment de ne pas honorer mes contrats et ne pas être dans les salles... mais bon, ça va revenir, ce n'est pas dramatique non plus. De temps en temps, j'écris des petites choses mais je ne fais pas de plan sur la comète. je vis au jour le jour."
 

Nelson Monfort n_monfort