Lance Armstrong
Lance Armstrong | Riccardo S. Savi / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La présence de Lance Armstrong laisse le peloton indifférent

Publié le , modifié le

Deux ans après ses aveux de dopage, Lance Armstrong refait parler de lui sur la Grande Boucle. Le Texan empruntera en effet le parcours des 13e et 14e étape du Tour de France, à la veille de celles-ci. Officiellement, Armstrong pédalera pour l'opération "Le Tour, One Day Ahead" en faveur de l’association "Cure Leukemia", qui lutte contre la leucémie. Ce « retour » médiatique du coureur banni, semble laisser de marbre les acteurs d’aujourd’hui.

« Je comprends que ça puisse intéresser parce que Lance Armstrong est un personnage, dans le bon sens et dans le mauvais. Tout dépend du côté dans lequel on se place », a expliqué Thomas Voeckler avant le départ de Pau. « Maintenant, moi, coureur du peloton du Tour de France, je n’en ai vraiment rien à faire qu’il soit présent ou pas. Je ne m’occupe vraiment pas de ça, a-t-il poursuivi. Je suis passé professionnel en 2001, il n’y avait pas qu’Armstrong de méchant à l’époque, donc je ne suis pas un défenseur d’Armstrong, mais pour parler franchement, je m’en fous qu’il soit là ou pas », a lâché l’Alsacien de la formation Europcar.

Mis à part le président de l'Union cycliste internationale (UCI) Brian Cookson, ils sont rares à se soucier, voire à dénoncer ouvertement cette présence. "C’est un manque de respect pour le Tour, pour les autres coureurs, pour l'UCI et tous les gens qui se battent contre le dopage", avait indiqué Cookson. Mais dans l’ensemble, c’est bien l’indifférence qui est de mise.
Le directeur du Tour, Christian Prudhomme, n’avait pas voulu mettre de l’huile sur le feu. "Il y a tellement de gens qui veulent faire le Tour un jour avant... C'est route ouverte la veille du Tour...", avait indiqué Christian Prudhomme au Figaro.

Si c’est pour la bonn​e cause…

Le malheureux Tony Martin, qui a dû abandonner au soir de la sixième étape, s’était lui aussi montré pragmatique. « Dès le moment où il n'apparaît pas dans le cadre du Tour et qu'il court seulement un jour avant la course, ça va. S'il fait cela pour la bonne cause…», avait-il dit dans un entretien accordé au quotidien allemand Bild.

Déchu de ses sept titres obtenus sur le Tour, l’homme aujourd’hui âgé de 43 ans avait expliqué ce « retour » sur le Tour expliquant qu’il appréciait venir en France, et que les réactions des Français n’étaient pas aussi tranchées. « Les gens pensent que j'ai une mauvaise relation avec le pays mais moi j'aime aller là-bas. Comme partout, certaines personnes sont sympa, d'autres ne sont pas sympa", avait-il indiqué. Reste à savoir si ce retour va également laisser de marbre les spectateurs du Tour.

Maître dans l’art de faire parler de lui, Armstrong s’est permis de commenter sur la performance de Christopher Froome, maillot jaune et vainqueur de la veille.

Romain Bonte