La foule et le cannibale

Le propre des champions, c'est d'être unique. le tort d'Eddy Merckx, c'est de l'avoir été plus que les autres. Merckx était trop fort, trop timide, trop orgueilleux et trop belge sans doute pour les plus chauvins des Français. Merckx a énervé la France poulidoriste, celle qui souffrait avec Poupou, à l'ombre du maillot jaune et à l'écart de la victoire dans la grande Boucle. Une histoire des bords de route réalisée par Anne Bettenfeld et racontée par Christophe Duchiron. © MFP/ INA/ France Télévisions - 2013.

Publié le , modifié le