La der des baroudeurs, Alaphilippe d'attaque, la chaleur... La 17e étape en questions

Publié le , modifié le

Auteur·e : Romain Bonte
Julian Alaphilippe s'hydrate sur les routes du Tour de France 2019
Julian Alaphilippe s'hydrate sur les routes du Tour de France 2019 | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La 17e étape entre le Pont-du-Gard et Gap soulève quelques questions. Un baroudeur peut-il tirer son épingle du jeu, les 40 degrés annoncés peuvent-ils avoir une incidence sur la course, et enfin, serait-ce la dernière occasion pour Julian Alaphilippe de gagner encore quelques secondes avant la haute montagne ?

• La chaleur en juge de paix ?

Cette 17e étape disputée entre le Pont-du-Gard et Gap s'annonce chaude, au sens littéral du terme. Pas moins de 40 degrés -soit cinq de plus que la veille- sont prévus sur un parcours long de 200 kilomètres et en quasi-constante montée. Les organismes vont donc souffrir. La journée de repos sera déjà loin dans les esprits et les jambes risquent de subir cette fournaise.

Connu pour être peu à l'aise dans pareilles conditions, et même si le profil de l'étape n'est pas particulièrement corsé, un coureur comme Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) devra se montrer vigilant. Le leader de la Groupama-FDJ est allé jusqu'à installer un sauna chez lui pour s'adapter le mieux possible aux températures élevées. Bien plus habitué à la chaleur, Egan Bernal (Ineos) a affirmé que "les conditions chaudes" de course n'étaient "pas un problème" pour lui. "J'aime ce temps avec ces conditions chaudes. Ce n'est pas un gros problème pour moi, il suffit d'être concentré sur l'hydratation", a affirmé le 5e du classement général, porteur du maillot blanc de meilleur jeune (il a 22 ans).

La der des baroudeurs, Alaphilippe d'attaque, la chaleur... La 17e étape en questions

• La dernière chance pour les baroudeurs ?

Alors que se profilent trois étapes dantesques dans les hauteurs alpines, les baroudeurs qui ont encore de l'énergie en stock seront à l'affût. Cette étape sera leur dernière chance pour s'illustrer. Sans être très pentu, le parcours de ce mercredi ne laissera guère de répit aux coureurs de la Grande Boucle.

Toujours sans victoire sur ce Tour de France, les formations françaises AG2R La Mondiale et Total-Direct Energie vont sans doute tenter d'envoyer Tony Gallopin ou Lilian Calmejane aux avants-postes. Afin de passer une journée tranquille, les leaders se montreront sans doute ouverts à l'idée de voir à l'avant un groupe de fuyards éloigné au général. Jesus Herrada (Cofidis), qui pointe à 46'24'', ou Alexey Lutsenko (Astana) qui vient de perdre son leader sur une chute, pourraient ainsi s'y glisser.

• Alaphilippe va-t-il enfoncer le clou ?

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) possède 1'35'' d'avance sur Geraint Thomas (Ineos), 1'47'' sur Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma) et 1'50 sur Thibaut Pinot. Avec la perspective de la haute montagne, le N.1 mondial sait qu'il risque très prochainement de perdre sa tunique de leader. Mais depuis le début de cette édition, Alaphilippe a démontré qu'il avait plus d'un tour dans son sac. Ce mardi, il passera sa 12e journée en jaune, et sera surtout tenté de récupérer quelques secondes avant les trois grandes étapes alpines.

Le profil de cette étape lui correspond parfaitement. Puncheur et excellent descendeur, il peut voir en cette étape sa dernière occasion de briller… et de garder l'espoir. Mais il est désormais difficile pour lui de se cacher. Si le jaune lui sied bien, d'autres n'ont plus qu'une envie, lui chiper son maillot !