Marcel Kittel victoire Arrogate
Marcel Kittel (Giant) dominateur à Arrogate | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Kittel passe en force, Cavendish déchu

Publié le , modifié le

Le Tour de France est lancé avec la victoire au sprint de Marcel Kittel (Giant) entre Leeds et Harrogate. L'Allemand fait coup double lors de cette première étape en endossant le maillot jaune devant Sagan et Navardauskas. Le sprint final a été marqué par la chute de Mark Cavendish qui s'est accroché avec Simon Gerrans. On a également assisté à l'épopée des Français Edet et Jarrier et de l'Allemand Jens Voigt, maillot à pois et combatif du jour.

Entre deux Princes, il y avait un roi. Et ce n'était pas Mark Cavendish. Devant la famille royale d'Angleterre, l'express de Man a montré son  plus mauvais visage, celui bad boy qui préfère jouer des coudes et du casque pour dominer le peloton. Dans le dernier kilomètre, alors que Fabian Cancellara avait jailli pour essayer de rafler la mise, Cavendish bataillait encore pour conserver sa place au milieu de la route. Le Britannique a alors tenté de repousser Simon Gerrans avec sa tête. L'Australien ne s'est pas laissé intimider et les deux hommes se sont retrouvés à terre en percutant le Français Coquard. La victoire sur ses terres et le maillot jaune sur ses épaules, c'était son rêve absolu. Il s'est effondré sur le bitume avec une possible clavicule cassée.

Kittel gâche la fête du Cav'

En revanche, le bouquet et la tunique du leader ont trouvé un beau vainqueur. Emergeant du chaos, Marcel Kittel a repris Cancellara et résisté au véloce Peter Sagan. Il voulait gâcher la fête du Cav', c'est fait ! Avec une 5e victoire sur le Tour, il égale son compatriote André Greipel, trop juste dans le faux-plat final. "Je suis très fier de cette victoire qui n'était pas évidente", a estimé  l'Allemand. "Dans le sprint, on a plutôt contrôlé. Je fais confiance à mon  équipe. C'est comme quand on sort d'un tunnel. Cela s'est passé parfaitement". Cavendish courrait lui après un 26e succès sur la Grande Boucle à deux unités de Bernard Hinault. Si la gravité de sa blessure se confirme, ce ne sera pas pour cette année. Cavendish a fini l'étape en marchant sous les applaudissements du public certainement aussi sonné que lui.

Les Sarthois dégainent en premier

Quelques mètres après le départ réel, ce n'est pas un Anglais qui a tiré en premier mais un Manceau, Benoît Jarrier, qui dispute son premier Tour de France sous les couleurs de Bretagne-Séché Environnement, invitée elle aussi pour la première fois par ASO. Jarrier ne partait pas seul. Il était accompagné d'un autre Sarthois, Nicolas Edet (Cofidis), et de l'inusable Jens Voigt (Trek). Au départ de son 17e Tour à 42 ans, l'Allemand égalait le record de George Hincapie et Stuart O'Grady. Pour ces trois-là, il n'a jamais été question de viser la victoire d'étape et le maillot jaune. En revanche, ils avaient la même idée en tête, endosser le maillot à pois rouges grâce aux trois côtes prévues au programme. Dans la première difficulté du jour, la côte de Cray, s'est joué le sort du maillot. Largement dominé par les deux Sarthois (Jarrier devant Edet), Voigt y a compris qu'il n'avait aucune chance s'il restait en leur compagnie.

Voigt fait son show

Avec Alain Gallopin, il a échafaudé un plan très malin. Profitant du sprint intermédiaire quelques kilomètres plus loin, l'Allemand a poursuivi son effort laissant Edet et Jarrier sans réaction. Quand ils ont compris, il était déjà trop tard. Excellent rouleur, Voigt n'a cessé d'accentuer son avance et s'est présenté seul dans les deux "grimpeurs" suivant. On appelle ça le métier ou l'expérience d'un vétéran qui n'en a toujours pas les jambes. Une fois son maillot en poche au sommet de Grinton Moor et le futur dossard de meilleur combatif, le coureur de Trek a stoppé son effort solitaire. A 60 km de l'arrivée, il n'avait plus rien à gagner. Pour certains coureurs, il y avait en revanche beaucoup à perdre dans une cassure. Pinot, Riblon, Navarro, "Purito" Rodriguez et Horner notamment se sont retrouvés piégés. Une grosse alerte pour le grimpeur de la FDJ.fr qui a pu revenir dans la troisième et dernière côte où une partie du peloton a dû mettre pied à terre à cause de l'affluence d'un  public format XXL. Une autre cassure (Petacchi, Delage, Modolo) s'est produite mais c'est un peloton quasi-complet qui s'est dirigé vers le sprint jugé dans la première station thermale du Royaume-Uni. On connaît la suite...

VIDEO : La chute de Mark Cavendish

VIDEO : Kittel remporte la première étape

Xavier Richard @littletwitman