Marcel Kittel
Marcel Kittel devance les autres sprinteurs sur les Champs-Elysées | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Marcel Kittel encore vainqueur sur les Champs-Elysées

Publié le , modifié le

Le 101e Tour de France s'est conclu sur les Champs-Elysées par la victoire au sprint de Marcel Kittel (Giant), qui rafle ainsi son quatrième succès d'étape sur ce Tour de France 2014. L'Allemand, qui a devancé Kristoff (Katusha), conserve ainsi cette prestigieuse victoire, lui qui avait déjà gagné l'an dernier ici-même. Il a ainsi marqué de son empreinte le sprint sur cette édition, remportée par Vincenzo Nibali (Astana) devant Jean-Christophe Péraud (AG2R) et Thibault Pinot (FDJ.fr), meilleur jeune du Tour. Sans victoire d'étape, Peter Sagan (Cannondale) garde le maillot vert pour la troisième année de suite. Le maillot à pois revient au Polonais Rafal Majka (Tinkoff). Et le classement par équipes est remporté par AG2R-La Mondiale.

Vidéo: Marcel Kittel s'impose encore au sprint sur les Champs-Elysées

Le sprint massif était attendu. Il a eu lieu. Marcel Kittel (Giant), vainqueur dans cet exercice l'an dernier ici-même et déjà lauréat de 3 étapes cette année, était grand favori. Il a assumé avec toute son équipe. Les derniers kilomètres ont été cadenassés par sa formation Giant, qui l'a lancée parfaitement dans la dernière ligne droite. Mais Alexander Kristoff (Katusha) semblait avoir pris le meilleur et pouvoir l'égaler avec un troisième succès d'étape. Mais l'Allemand avait de la ressource, et repassait devant pour s'imposer nettement. C'est LE grand sprinteur de ce Tour de France 2014, qui vient prolonger la tradition du sprint ici.

Vidéo: La réaction de Kittel

Et comme le veut la tradition, le début de cette dernière étape a été marqué par les sourires, les flûtes de champagne, un rythme très tranquille, et un public nombreux sur le bord des routes. D'Evry jusqu'à l'entrée dans Paris, le peloton a roulé à un rythme de sénateur. Cela s'est accéléré un peu sous l'impulsion des Astana de Vincenzo Nibali, et les hostilités ont été lancées lors du premier passage sur les Champs-Elysées. Au moment où la Patrouille de France passait au-dessus de la la "plus belle avenue du monde", l'ancien champion de France sur route Sylvain Chavanel en profitait pour partir.

Vidéo: Chavanel, premier attaquant après le passage de la Patrouille de France

Le coureur de l'équipe IAM était finalement repris et c'est Jens Voigt (Trek) qui partait en avant, pour ses derniers moments sur le Tour de France après 17 Grandes Boucles. A 42 ans, l'Allemand était pris en chasse par l'autre vétéran, Chris Horner (Lampre). A 42km du terme, Jean-Christophe Peraud chutait et entraînait plusieurs coureurs à terre, à l'entrée de la place de la Concorde. Une petite frayeur pour le dauphin de Nibali qui avait abandonné à quatre jours de l'arrivée l'an dernier après deux chutes dans le dernier contre-la-montre. Attendu par quelques coéquipiers, il devait refaire un mini contre-la-montre pour revenir dans le peloton. A 30km de l'arrivée, Alexander Kristoff (Katusha), l'un des prétendants à la victoire au sprint, crevait et s'infligeait à son tour un effort pour recoller.

Vidéo: La chute de Jean-Christophe Péraud

Devant, Porte (Sky), Serpa (Lampre), Morkov (Tinkoff) et Fonseca (Bretagne-Séché) étaient échappés, le Français se relevant finalement. Le trio restait à une vingtaine de secondes devant le peloton. Richie Porte tentait de finir en solitaire en démarrant à 13.5km du terme de l'étape, mais les équipes de sprinteurs faisaient leur travail et offraient le final attendu en reprenant le leader de la Sky à 7.5km de la ligne, l'attaque de. Simon Clarke (Orica) lors du denrier passage autour de l'Arc de Triomphe ne donnant rien de plus.

Vincenzo Nibali encadré par les deux Français, Jean-Christophe Péraud et Thibault Pinot, sur le podium du Tour 2014
Vincenzo Nibali encadré par les deux Français, Jean-Christophe Péraud et Thibault Pinot, sur le podium du Tour 2014