Blel Kadri victoire
Blel Kadri triomphe sur la 8e étape du Tour de France 2014 | AFP

Kadri signe la première victoire française

Publié le , modifié le

Blel Kadri a remporté en solitaire la huitième étape du Tour de France, disputée entre Tomblaine et Gérardmer La Mauselaine. Le coureur de la formation AG2R signe la première victoire française sur cette édition 2014, et fait même coup double en endossant le maillot à pois du meilleur grimpeur. A 27 ans, le natif de Bordeaux gagne sa toute première étape sur la Grande Boucle. Alberto Contador a terminé deuxième (à 2'17'') juste devant Vincenzo Nibali qui restera en jaune dimanche pour la septième journée d'affilée.

Cette première journée dans les Vosges a mis quelques kilomètres avant de vraiment démarrer. Ce sont finalement Sylvain Chavanel et Niki Terpstra qui ont porté une attaque après une trentaine de kilomètres de course. Le Français, vainqueur de trois étapes sur le Tour, ainsi que le lauréat de Paris-Roubaix n'ont pas tardé à être rejoints par trois autres camarades, à savoir Blel Kadri, Adrien Petit et Simon Yates.

A 120 kilomètres de l'arrivée, les cinq échappés comptaient déjà 3'30 d'avance. Le mieux placé des échappés étant Chavanel (73e, à 26'24''), le peloton ne réagissait pas et l'écart se creusait. Cinquante kilomètres plus loin, les cinq fuyards enregistraient 10'30 d'avance. Plus expérimenté de ce petit groupe, l'ancien champion de France commençait sûrement à se dire qu'il avait un coup à jouer, d'autant que le final escarpé convenait parfaitement à ses qualités de coureur. Mais en bon grimpeur qu'il est, le jeune Yates se posait en outsider.

Kadri plus fort que Chavanel 

Petit, Chavanel, Kadri et Yates
Petit, Chavanel, Kadri et Yates

Pendant ce temps, le Belge Bart De Clercq handicapé par une blessure à une cheville depuis une chute, jetait l'éponge. Il fallait donc attendre la première difficulté du jour, le col de la Croix des Monats pour voir la course changer de rythme. La pluie s'invitait par moments, et après avoir compté jusqu'à 11'10 d'avance, les échappés se laissaient aller pour ne plus compter que 5'30 d'avance. Cela en était trop pour Chavanel, qui plaçait une attaque. Seul Kadri arrivait à suivre, mais l'écart avec le peloton fondait malgré tout pour passer à 4'30 à 23 kilomètres de l'arrivée.

A 22,5 km, c'était au tour de Kadri de partir à l'offensive. Sûrement motivé par ce maillot à pois rouges qui lui tendait les bras, le protégé de Vincent Lavenu creusait l'écart sur Chavanel et s'ouvrait ainsi les portes d'un premier succès sur le Tour. Après avoir décroché le prix de la combativité dans la deuxième étape, le coureur de 27 ans réalisait cette fois la plus belle performance de sa carrière.Vainqueur l'année précédente de la Roma Maxima, Kadri se voyait pousser des ailes dans l'ascension du Col de Grosse Pierre. Porté par la foule, le coureur AG2R résistait jusqu'au bout et triomphait à Gérardmer pour le plus grand bonheur des supporteurs français.

Cinq Français dans les 10 premiers

Le premier poursuivant, qui n'était autre qu'Alberto Contador, n'arrivait que 2'17" plus tard. Le double vainqueur du Tour s'offrait de son côté un petit succès psychologique en prenant le dessus dans la dernière ligne droite sur le maillot jaune Vincenzo Nibali. Derrière, suivaient Richie Porte et Thibaut Pinot. Avec Jean-Christophe Péraud en sixième position, Romain Bardet neuvième et Sylvain Chavanel à la 10e place, on retrouvait bien cinq coureurs français dans les dix premiers. Chavanel qui avait "coché cette étape", ne cachait pas sa déception mais était malgré tout "content du travail effectué". 

Nibali lâché par Contador dans le final
Nibali lâché par Contador dans le final

"L'objectif de l'équipe était de prendre l'échappée. On  était trois-quatre coureurs désignés pour ça, on s'est bien battu l'un après  l'autre et c'est à moi que ça a souri. Dans l'échappée, on a pris du temps, on  s'est bien entendu. Chavanel nous a attaqué au pied de la bosse  (Croix-des-Moinats) et je n'ai pas attendu. Après, je suis parti tout seul, je  n'ai surtout pas attendu Simon Yates qui n'était pas loin derrière et j'ai bien  géré les descentes. Je l'ai fait aussi au métier, avec l'expérience acquise auprès de coureurs comme Christophe Riblon qui a déjà gagné des étapes sur le Tour et à force aussi de faire des échappées."

Tout sourire, Kadri avait encore du mal à réaliser son exploit. "L'objectif de l'équipe était de prendre l'échappée. On était trois-quatre coureurs désignés pour ça, on s'est bien battu l'un après l'autre et c'est à moi que ça a souri", a-t-il dit. "Dans l'échappée, on a pris du temps, on  s'est bien entendu. Chavanel nous a attaqué au pied de la bosse  (Croix-des-Moinats) et je n'ai pas attendu. Après, je suis parti tout seul, je n'ai surtout pas attendu Simon Yates qui n'était pas loin derrière et j'ai bien géré les descentes. Je l'ai fait aussi au métier, avec l'expérience acquise auprès de coureurs comme Christophe Riblon qui a déjà gagné des étapes sur le Tour et à force aussi de faire des échappées", a conclu le champion du jour.

La victoire de Blel Kadri à Gérardmer

Romain Bonte