Johnny Schleck
Johnny Schleck | AFP

Johnny Schleck: "L'équipe Trek est diminuée"

Publié le , modifié le

Toujours très présent auprès de l'équipe Trek, Johnny Schleck, père de Franck et d'Andy, ancien professionnel lui même (7 Tours de France a son actif) regarde toujours la course avec intérêt mais aussi avec lucidité. Il ne se fait gurèe d'illusion sur les chances de la formation américaine, réduite à six éléments, de briller sur ce Tour après une première moitié très décevante, et les abandons d'Andy Schleck, de Van Poppel et de Cancellara... Pour lui, la course est étouffée par la chaleur et les attaques se font rares. Mais la montagne arrive et elle devrait retrouver de l'intérêt.

"Il y a quand même beaucoup de coureurs fatigués. La chaleur est venue d'un coup. Ils ont l'habitude, mais c'est dur pour les organismes. Demain, c'est autre chose. Pour ce qui nous concerne, on espère être un peu plus dans la course. Mais ça sera compliqué. On a une équipe diminuée, marquée par l'abandon d'Andy (Schleck) et le fait que Cancellara n'était pas très en forme.On espère quand même une réaction de Franck (Schleck), parce que je le trouve plutôt en forme, que de toute façon il n'a plus rien à perdre, et peut-être Zubeldia s'il est dans un bon jour. Mais avec six coureur seulement dans l'équipe, ils n'ont pas pu être protégés avant la montagne. 

Pour le résultat lui-même, je vois Rodriguez et Nibali. Les grimpeurs vont pouvoir sortir et jouer leur première carte. Je pense surtout à Rodriguez. Il gère bien son truc. Il n'a rien fait au départ, il s'est fait sortir chaque fois, il a fait une ou deux étapes. Aujourd'hui, il a encore lâcher pour s'économiser. Il court intelligemment, car ce qu'il veut c'est gagner une étape de montagne et le maillot à pois. Avec l'absence des favoris, la course est relancée. Les équipes ne peuvent plus rouler derrière pour un leader. Du coup c'est un peu plus sur des accélérations individuelles que les attaques peuvent réussir dans la montagne".

Christian Grégoire