VAN SUMMEREN
Johan Van Summeren, au départ d'Anvers. | MATHILDE L'AZOU

Johan Van Summeren lieutenant de Bardet, malgré ses plaies

Publié le , modifié le

Johan Van Summeren fait partie de ces nombreux coureurs victimes de la chute collective de lundi. Le coureur de 34 ans a passé l'arrivée le maillot tâché de sang, avec de nombreuses plaies. Cela ne l'a pas empêché de prendre le départ ce matin, l'équipe AG2R La Mondiale comptant sur lui, pour l'étape redoutable des pavés. Car Johan Van Summeren est un ancien vainqueur de l'Enfer du Nord (en 2011), et a la lourde tâche de protéger son leader Romain Bardet sur les pavés.

L'étape des pavés fait peur. Dangereuse, imprévisible, elle peut créer des écarts et être dès le début de la Grande Boucle décisive pour la suite. Concrètement, cette étape peut faire perdre un Tour. Les équipes se sont donc armées en conséquence : d'un point de vue matériel, mais aussi humain. C'est le genre de journée où il faut être à 100 % de ses capacités, de ses moyens. Johan Van Summeren lui, en est malheureusement loin ce matin, lui qui avouait pourtant « avoir de bonnes jambes ». Mais les nombreuses plaies sur son corps le font souffrir, et risquent de l'handicaper dans les secteurs pavés.

Johan Van Summeren à l'arrivée de Huy, hier.
Johan Van Summeren à l'arrivée de Huy, hier.

Johan Van Summeren à l'arrivée de Huy, hier. (PHOTO MATHILDE L'AZOU)

Pourtant, ce type d'étape, ça le connaît. « On a un peu plus confiance quand on a gagné Paris-Roubaix », avouait-t-il. L'objectif est bien entendu d'embarquer son leader dans les secteurs pavés, de le protéger des chutes ou incidents mécaniques. « Je sais que j'ai un rôle important dans l'équipe. Ce que je crains le plus, c'est d'être victime de malchance. On en a eu dimanche, quand il y a eu des chutes ». L'an dernier, Romain Bardet avait découvert les pavés, et s'en était plutôt bien sorti. Le jeune homme avait terminé dans le groupe de Valverde, et avait profité de cette étape pour revenir dans la course au classement général (11e au terme de cette étape).

« Si Bardet reste avec moi, il ne perdra pas de temps »

« S'il reste avec moi, il ne perdra pas de temps, il n'y aura pas de problèmes » assurait le le grand Belge (1m 97), au départ d'Anvers hier matin. Mais les circonstances de course en ont décidé autrement, et c'est en homme blessé mais pas démoralisé que Van Summeren prendra le départ ce matin, pour une étape à nouveau décisive. Il y aura une véritable course dans la course, entre ceux qui se joueront la victoire d'étape, et les autres qui se battront pour la conquête du maillot jaune. Le Belge de 34 ans espère « perdre le moins de temps possible avec Romain [Bardet ndlr] ». A lui de jouer, malgré ses blessures.