Ineos, attaques et Bardet : la 19e étape en questions

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Monier
Egan Bernal et Geraint Thomas
Egan Bernal et Geraint Thomas | Marco Bertorello / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La 19e étape du Tour de France emmène les coureurs en haute altitude. Le peloton franchira deux fois la barre des 2000 mètres pour rejoindre Tignes. Ineos semble en position parfaite pour le classement général, alors que leurs adversaires seront très attendus. Romain Bardet devrait lui aussi animer l'étape, avec un maillot à pois à défendre.

Le Tour de France se rapproche de son dénouement. La 19e étape représente l'avant-dernière chance de s'écharper entre favoris. Seulement 126,5 kilomètres entre Saint-Jean-de-Maurienne et Tignes, mais qui en valent bien le double. Une ascension quasi-constante, avec en points d'orgue le col hors-catégorie de l'Iseran et la montée de Tignes. 12,9 kilomètres à 7,5% de moyenne et un sommet à 2 770 mètres d'altitude pour le premier, 7,4 kilomètres à 7% et une arrivée à 2 089 mètres pour le second. 

Ineos, indéboulonnables ? 

Egan Bernal a réussi le coup de force de la 18e étape. Le Colombien d'Ineos a été le seul favori à décramponner ses adversaires dans l'ascension du Galibier. A l'arrivée, un écart de 32 secondes pour devenir le nouveau dauphin du maillot jaune Julian Alaphilippe, à 1 minute et 30 secondes du Français. Il devance Geraint Thomas, son rival plus que son coéquipier, de 5 secondes. Le Gallois aussi a tenté de sortir, peu après Bernal, mais n'a pas résisté au retour de Thibaut Pinot et des autres favoris. Avec le 2e et le 3e du général, la formation britannique est dans une position idéale, mais doit faire craquer Julian Alaphilippe. Encore à la limite aujourd'hui, l'inattendu maillot jaune sait que le plus dur l'attend. 

à voir aussi Tour de France 2019 : Ineos, le pouvoir oui mais pour qui ? Tour de France 2019 : Ineos, le pouvoir oui mais pour qui ?

Les outsiders à l'attaque 

Si les deux leaders d'Ineos ont les cartes en main, leurs adversaires vont se poser des questions. Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma, 4e à 1'47), Thibaut Pinot (Groupama-FDJ, 5e à 1'50) et Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe, 6e à 2'14) n'ont plus que deux étapes pour dépasser Bernal et Thomas. Muets dans l'ascension du Galibier, ils devront s'exprimer dès demain. A moins qu'ils ne misent tout sur l'ultime ascension vers Val Thorens, samedi. Au risque de voir le duo cadenasser le classement général. 

Thibaut Pinot : "Je n'étais pas dans une grande journée"

Bardet encore à l'avant ? 

Il rêvait d'une victoire d'étape à Valloire, Romain Bardet a dû se contenter d'une deuxième place derrière Nairo Quintana. Mais le Français d'AG2R La Mondiale a récupéré le maillot à pois de meilleur grimpeur. Une tunique qu'il s'est engagé à défendre. "L'échappée sera intéressante une fois de plus" a souligné son directeur sportif Julien Jurdie. Le dauphin du Tour de France 2016 devrait passer une nouvelle journée à l'avant, avec aussi la victoire d'étape en ligne de mire. 

Romain Bardet : "Essayer de conserver ce maillot à pois"

à voir aussi Tour de France 2019 : Julian Alaphilippe :”Touché mais pas coulé” Tour de France 2019 : Julian Alaphilippe :”Touché mais pas coulé” à voir aussi Tour de France 2019 : Romain Bardet, la rédemption par la montagne Tour de France 2019 : Romain Bardet, la rédemption par la montagne