GERAINT THOMAS
Geraint Thomas. | YORICK JANSENS / BELGA MAG / BELGA/AFP

Geraint Thomas, le lieutenant de Froome toujours en lice pour le podium

Publié le , modifié le

Avant-dernier. C'est la place au classement général de Geraint Thomas pour son premier Tour de France, en 2007. Aujourd'hui, le fidèle lieutenant de Chris Froome pointe à la quatrième place du général, mais assure encore que ce n'est pas ce qu'il vise.

Tous les jours, c'est la même scène. Chris Froome se rend directement au protocole, et Geraint Thomas va répondre la presse. Un par un, il prend le temps de répondre aux télévisions, radios, sites internets. Le Gallois surprend : à la base pistard, il est pourtant dans les cinq meilleurs du classement général. Une métamorphose à la Bradley Wiggins. Sauf qu'à la différence de ce dernier, le coureur de 29 ans n'a jamais annoncé vouloir gagner le Tour. Lui-même avoue être surpris par ces résultats : « Être à cette place à ce stade de la course est incroyable. Mais Nibali et Contador sont encore derrière moi, je m'attends tous les jours à ce qu'ils me passent devant ». 

Geraint Thomas est le lieutenant de Chris Froome. Son homme de confiance, mais surtout sa principale aide dans les cols, avec Richie Porte. « Je suis là pour Chris. Mon objectif n'est pas le classement général ». Pourtant, cet ancien vainqueur de Paris-Nice juniors développe des qualités qui pourraient l'emmener à briller sur les Grands Tours. Vainqueur du Tour de Bavière et du Tour de l'Algarve, il compte également une deuxième place sur le Tour de Suisse cette saison.

"Je suis resté concentré sur ma respiration"

A trois jours des Champs-Elysées, l'ancien pistard, qui a perdu entre cinq et six kilos pour se consacrer à la route, adopte toujours le même discours : « Ma place au général dépend uniquement de l'équipe, et de ce qu'ils me demandent de faire, s'ils ont besoin de moi ou non. Mon travail commence tout de même à toucher à sa fin ». 

Impérial sur les pavés, impressionnant dans les cols, Geraint Thomas a de nouveau contrôlé aujourd'hui, malgré les attaques de Contador et Nibali. « L'équipe est forte, et nous sommes très soudés. Nous savions que Contador était à six minutes de Chris, donc nous n'avons pas paniqué, contrairement à Movistar. On savait ce qu'on avait à faire ». De son côté, la fatigue commence tout de même à se faire ressentir : « pour être tout à fait honnête, aujourd'hui je n'ai pas trop fait attention aux autres. Je suis surtout resté concentré sur mon rythme et ma respiration ! »

Qu'il est loin ce Tour 2007, couru sous les couleurs de Barloword. Une Grande Boucle que le coureur Gallois avait terminé à l'avant-dernière place. Désormais, ce sont les sommets que le coureur de Sky tutoie. Oh mais c'est vrai, il ne les vise pas…