Cédric vasseur com moto
Cédric Vasseur | PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Froome : Cédric Vasseur remet les pendules à l'heure

Publié le , modifié le

Au cœur d’une polémique, Chris Froome ayant déclaré en conférence de presse après la 12e étape que ses commentaires sur son vélo qui "pédale tout seul" étaient "culottés", Cédric Vasseur remet les pendules à l’heure. Témoin privilégié à l’avant de la course, le consultant de France Télévisions et ancien coureur n’accuse ni le maillot jaune ni son équipe. En revanche, il renvoie la balle dans le camp de l’UCI pour mieux contrôler les vélos des coureurs et éviter les doutes sur le matériel des champions.

Ancien vainqueur d’étapes sur le Tour et porteur du maillot jaune, Cédric Vasseur apporte toute son expertise lors des directs de France Télévisions. Sur sa moto, il est l’un des mieux placés pour raconter les exploits cyclistes, la souffrance que les coureurs endurent et l'aspect technique. « Ce qu’attendent nos téléspectateurs, c’est d’avoir un avis d’un ancien cycliste et d’un envoyé spécial dans le peloton, explique Vasseur. » Dès les premiers hectomètres de la 12e étape, le peloton explose. Un prélude à la désintégration du « big four ». « Ma première impression, c’est de voir plusieurs coureurs en perdition puis de voir les trois grands favoris se faire assassiner par Chris Froome, raconte Vasseur. Je dis juste que je ne comprenais pas comment il pouvait tourner aussi vite les jambes quand les autres sont victimes de défaillances. Ce n’est ni accusateur ni péjoratif. En tant qu’observateur privilégié sur ma moto, j’ai vu tous les grands de ce Tour de France, à savoir Nibali, Contador, Quintana et Froome. C’est lui qui m’a fait la plus forte impression. J’avais l’impression que les trois premiers souffraient énormément et que le Britannique s’envolait. Chaque année, celui qui porte le maillot jaune est le plus fort, c’est logique. »

Froome victime de l'UCI

Le lendemain, alors que la polémique sur la performance de Froome a gagné l’ensemble des médias, la question d’un moteur dans le vélo est posée. «On a l'impression (pour Froome ) que le vélo pédale tout seul. C'est surprenant et même déroutant pour ses adversaires. On a l'impression qu'il est en difficulté et, subitement, il s'envole», avait déclaré Cédric Vasseur. Pour éviter toute forme de triche, il propose un contrôle après chaque étape. « Ce n’est en rien pour accuser Chris Froome ou un autre coureur du peloton, répond le consultant de France Télévisions accusé par Froome de « ne pas être correct ». « Si le milieu du cyclisme contrôlait régulièrement les vélos comme en Formule 1, on se poserait moins de questions », ajoute-t-il. « Le premier à aller dans mon sens devrait être Chris Froome. Il devrait dire : "super ce que dit Cédric Vasseur. Moi je suis prêt à chaque fois à donner mon vélo car ça va m’éviter de répondre à des questions désobligeantes alors que je suis un coureur propre" ». 

Chris Froome n’est pas responsable du manque de contrôle sur le matériel. Le consultant précise : « Depuis 2009 on a des soupçons sur les vélos et c’est malsain. Ça me fait du mal car j’aime mon sport et on ne peut pas indéfiniment accuser des coureurs de tricher avec le vélo alors qu’ils ne le font pas. Ma remarque sur le contrôle des vélos est dirigée vers la fédération internationale de cyclisme et pas vers Christopher Froome. Il est une victime du manque de sérieux de l’UCI. Si elle avait fait son boulot, Froome se passerait de répondre à ces questions. »

Attaqué de partout

« Chris Froome est attaqué de partout. Il suffit de lire la presse, de regarder à droite à gauche sur les réseaux sociaux. Malheureusement Chris Froome doit faire face à beaucoup de critiques donc je comprends qu’il cherche à se défendre. Nous concernant, avec Eric Fottorino, Laurent Jalabert et moi-même, on ne peut que lui pardonner. Je n’étais pas en conférence de presse mais la question a été mal posée. Pendant le direct, Chris Froome pédale. Il n’entend pas France Télévisions. Quand on lui rapporte des propos qui ont été modifiés, transformés et sortis du contexte, forcément ça prête à confusion. Nous n’avons jamais cherché à accuser Chris Froome de quoi que ce soit. »