Zones départ
Aperçu du village départ | AFP

Des zones départ revues et corrigées

Publié le , modifié le

Le Tour de France change parfois quelque chose à ses traditions. Sans les bouleverser, il modifie les recettes pour tenter de les améliorer. Il en va ainsi des fameuses « Zones départ ». Le changement vise à ce que le public et les invités profitent davantage des trois heures d’animation proposées.

Points névralgiques des étapes, les zones départ concentrent toutes les attentions, qu’il s’agisse des coureurs, de la presse, ou du public. La direction du Tour a entrepris une démarche de refonte de l’ensemble de ces zones, avec un projet abouti d’ici deux ans. Le Tour de cette année doit servir de test grandeur nature, avec toutefois obligation de résultat au vu des investissements engagés.

Davantage de sportif 

«Nous sommes partis du postulat que le Tour de France doit pouvoir s’élancer du cœur des villes, répondre aux sollicitations des collectivités et des communes qui nous reçoivent, mais aussi que le départ doit être tourné vers le public dans cette dimension populaire et gratuite qui fait le Tour; il s’agit également de remettre du sport au niveau de ces départs, mettre en avant les coureurs pour que tout le monde puisse en profiter pleinement, analyse Florian Vuillaume, responsable du pôle organisation d’ASO, en charge de ce projet.
Or, le Tour de France est une grosse machine dont les enjeux techniques et de circulation s’avèrent lourds à gérer. Si cette édition 2014 propose déjà quelques modifications avec des répercussions sur les habitudes du Tour, la refonte totale se fera à horizon 2016.    

Pour l’heure, quatre grandes modifications ont été mises en place : la création de paddocks sur le parking des équipes au pied des bus, un village départ plus ouvert sur le sport avec la présence de plus nombreux coureurs, une zone mixte pour faciliter le travail des journalistes… Enfin, le public est plus directement impliqué dans l’événement, avec sur la ligne de départ l’installation d’écrans géants et une véritable animation interactive. La séance de signature prend également plus d’ampleur dans une sorte de show moderne. Et ce n’est pas fini car les projets avancent pour les prochaines années. Car comme le dit Florian Vuillaume, « il faut que la fête soit la plus belle possible ».

Christian Grégoire