Fabian Cancellara en 2010 sur les pavés
. | BERNARD PAPON / POOL / AFP

Des pavés et des embûches au programme

Publié le , modifié le

La 4e étape du Tour de France quittera la Belgique et reviendra dans l'hexagone, sur un parcours bien connu des amateurs des classiques du nord, avec une nouvelle fois des difficultés à avaler, sous la forme de pavés qui risquent d'apporter leur lot de difficultés dans le peloton. Après les bûches de lundi, les embûches de mardi se profilent pour le peloton. Pour les favoris, il faudra être bien placé. Car si le Tour ne se gagnera pas là, il pourrait bien se perdre pour les plus malchanceux.

Le parcours

Entre Seraing et Cambrai, sur 223,5 km pas moins de sept secteurs pavés sont au menu, des difficultés toujours redoutées par les coureurs. Le premier de ces sept secteurs -pour un total de 13,3 km- est situé en Belgique (Km 103,5), bien avant le passage de la frontière à Havay (Km 137). A l'arrivée en France, six autres secteurs attendent les coureurs. La plupart de ces pavés sont empruntés par Paris-Roubaix dans la partie  initiale. Il faudra alterner adresse sur le vélo et puissance même si plusieurs parties en faux-plat montant réclament un peu moins de technique.  

Le profil de l'étape 4
Le profil de l'étape 4

> Cliquer ici pour en savoir plus sur cette étape

La sortie du dernier secteur est située au seuil des 10 derniers kilomètres, avant de rejoindre Cambrai , terme de la plus longue étape de cette 102e édition. Les hommes forts auront donc intérêt à se positionner. On se souvient que l'an dernier, Vincenzo Nibali avait fait son premier gros écart dans l'étape pavée du nord. Pour cela évidemment, plusieurs équipes utiliseront des vélos adaptés, munis d'une suspension arrière, afin de mieux appréhender les parties les plus difficiles empruntées dans le final.

Le coureur à suivre : Chris Froome

Christopher Froome en jaune après la 3e étape
Christopher Froome en jaune après la 3e étape

Chris Froome a fait la bonne affaire du jour, lundi sur la 3e étape, en endossant le maillot jaune à l'issue d'une étape marquée par une chute d'une grande violence qui a provoqué une neutralisation temporaire de la course et l'abandon en soirée du Suisse Fabian Cancellara. Au sommet du mur de Huy, il a distancé ses adversaires directs et a marqué sa (nette) supériorité du moment en début de Tour. Entouré par des spécialistes des classiques pavées (Stannard, Thomas), le rendez-vous avec les pavés du Nord se présente au mieux pour lui.

L'expression du jour : « T’es qu’un raton ! »

« T’es qu’un raton ! » se dit d’un coureur qui reste volontairement à l’abri dans l’échappée. Il ne prend pas de relais, et ne fait pas le moindre effort pour aider son groupe à augmenter son avance. Cette stratégie est généralement mal perçue par le reste du peloton. Synonyme : « Suceur de roue »...

La légende du Tour : Eddy Merckx

Eddy Merckx sera aux côtés du roi Philippe de Belgique pour donner le départ de cette 4e étape. Retrouvez des vidéos de la grande époque de "Monsieur Eddy" sur notre site La légende du Tour.

Christian Grégoire