Chris Froome
Le cas Chris Froome loin d'être réglé. |

Cyclisme : L'UCI espère une décision avant le tour pour le cas Froome

Publié le , modifié le

Le président de la Fédération internationale de cyclisme (UCI) David Lappartient "espère" une décision "avant le Tour" de France dans le dossier du contrôle antidopage "anormal" de Chris Froome, déclare-t-il mercredi dans un entretien à L'Equipe.

"Je ne pense pas qu'on aura une décision avant le Giro, mais avant le Tour,  j'espère. Cette affaire met tout le monde, les organisateurs, l'UCI et le coureur lui-même dans une situation intenable", explique David Lappartient.   "Un coureur pris à partie par une partie du public, ce n'est pas une image qu'on souhaite voir", ajoute le président français de l'UCI. Il avait estimé le 7 mars que "ce serait un désastre pour l'image du cyclisme" que le Britannique s'aligne sur le Tour de France 2018 sans que l'affaire n'ait été réglée. Le dossier de Chris Froome est entre les mains du tribunal antidopage de l'Union cycliste internationale (UCI) chargé de décider du sort du quadruple vainqueur du Tour de France après un contrôle "anormal" sur la Vuelta.

Le flou subsiste

Le point d'interrogation demeure sur la date du jugement. Le départ du Giro, le premier grand objectif de Froome en 2018, est prévu le 4 mai à Jérusalem. Celui du Tour de France aura lieu le 7 juillet. La nature de la substance (salbutamol, un médicament utilisé contre l'asthme) à un taux anormalement élevé décelé lors du contrôle antidopage du 7 septembre, n'entraîne pas de suspension provisoire. Ce qui, malgré la polémique, permet à Froome, qui nie s'être dopé, de continuer à courir et de tenter cet été de remporter une cinquième Grande Boucle. Il doit renouer avec la compétition lors du Tour des Alpes (16 au 20 avril).

 

AFP