Cancellara maillot jaune Huy
Fabian Cancellara (Trek) en pleine souffrance pour terminer la 3e étape du Tour de France | DE WAELE Tim / TDWsport Sarl / DPPI media

Cancellara : « Je voulais au moins finir l’étape en jaune »

Publié le , modifié le

Fabian Cancellara était présent ce matin au départ de la 4e étape du Tour de France à Seraing en Belgique. Après la causerie de l’équipe Trek, le Suisse est descendu répondre à la presse. Malgré la douleur et la déception, il a livre son sentiment sur cet abandon et les dernières forces qui lui ont au moins permis de terminer l’étape de la veille avec le maillot jaune sur le dos.

Vous avez deux vertèbres cassées après votre chute hier et votre abandon, comment allez-vous ce matin ?
Fabian Cancellara : « Ça va mais avec beaucoup de mal. C’est normal vu ce qui s’est passé. C’est plus ou moins les mêmes douleurs que lors de ma chute au Grand Prix E3. Aujourd’hui, c’est un peu plus douloureux car tomber à 75 km/h, c’est pas joli. C’est comme ça. J’essaie de voir le côté positif mais j’ai encore toutes les images de la chute en tête. La situation était grave. Maintenant le Tour est fini. Je n’ai pas pu défendre le maillot jaune. C‘était ma priorité hier mais à la fin j’étais quand même heureux de terminer l’étape. C’était dur avec la douleur. »

Justement, comment vous avez fait pour continuer jusqu’au Mur de Huy ?
FC : « Je ne sais pas. C’est le maillot jaune qui m’a donné les dernières forces. Quand la course a été neutralisée pour des raisons de sécurité en l’absence des ambulances, c’était une première bonne chose car j’ai pu revenir dans le peloton très tranquillement. Quand je suis arrivé, j’ai vu beaucoup de coureurs avec des blessures qui étaient très mal. J’en ai aussi croisé ce matin. C’est clair, j’ai eu le maillot jaune 29 jours et je voulais finir en jaune. Je ne pouvais pas quitter le Tour avec le maillot jaune sans arriver au bout. Au Mur de Huy, je me suis dit : regardons à l’hôpital ce qui se passe. Mais les sensations m’ont vite rattrapé. C’était la même chose que dans les classiques. »

Dans quel état d’esprit êtes-vous après cet abandon?
FC : « Les sentiments sont mixtes. Ce n’est pas une journée de sourire. Le moral est tout en bas. Tu laisses le Tour sur une chute alors que tu as le maillot jaune. Tu quittes l’équipe alors que les pavés arrivent et que j’avais des choses en tête pour les prochains jours. C’est dommage. A Utrecht, je disais qu’on pouvait gagner un jour et perdre le lendemain. Je gagne le maillot et après je perds tout, c’est le sport mais je dois vivre avec ça et regarder devant. »

Vous reverra-t-on sur le Tour ?
FC : « Là je pense surtout à récupérer. Le reste, où sera la prochaine course, quand, je ne sais pas. Je veux seulement rentrer chez moi auprès de ma famille. La santé c’est le plus important, le cyclisme et le maillot jaune passe au second plan. »