Cancellara, dopé mécaniquement ?

Publié le , modifié le

Après le dopage médical, la télévision italienne vient de lâcher une bombe en évoquant un autre type de dopage, le dopage mécanique. Premier visé, le Suisse Fabian Cancellara. Après ses victoires au Tour des Flandres et sur Paris-Roubaix en début de saison, il fait l’objet d’une vidéo litigieuse sur Youtube. L’ancien champion du Monde Davide Cassani a dévoilé un vélo équipé d’un moteur électrique totalement invisible.

Le coureur de la Team Saxo Bank, accusé d’avoir utilisé un vélo électrique, a démenti ces allégations et considère cette « histoire idiote ». Le Suisse ne semble pas trouver les mots tant les accusations qui planent sur lui l’étonnent. « C’est tellement fou que je n’ai pas de mots. Je n’ai jamais eu de batteries sur mon vélo », déclare le champion olympique du contre-la-montre, dans des propos relayés par les médias belges.

Mais l’UCI (Union cycliste internationale) prévoit des contrôles des vélos, dès le Tour de France, afin d’empêcher l’utilisation d’un tel engin. Selon son inventeur hongrois, cité dans un film tourné par Cassani, devenu consultant à la RAI, ce vélo doté d’une batterie cachée, au bruit très réduit, aurait déjà fait le bonheur de plusieurs coureurs du peloton international. Devant l’ampleur que prend cette affaire, Fabian Cancellara semble offusqué et a tenu a rassurer ses supporters. « C’est assez drôle mais ça prend une ampleur telle que ce n’est plus le cas, c’est une histoire triste et scandaleuse. Rassurez-vous, mes réalisations sont le fruit d’un travail de dur labeur », lance le cycliste.

Néanmoins, l’UCI a fait savoir « qu’aucune enquête ne sera ouverte sur Cancellara » et donc qu’il n’y avait « aucun cas Cancellara ». Par ailleurs, le responsable technique a reconnu qu’un contrôle a posteriori ne servirait à rien mais a tenu à préciser qu’un coureur de la trempe du Suisse serait fou de tenter pareille entourloupe. « Le risque est tout simplement trop grand. Pour lui, son équipe et le fabricant du vélo. Un champion comme Cancellara ne prendrait pas ce risque », a-t-il déclaré.

Malgré tout, la vidéo présente sur Youtube a de quoi faire naître des doutes. En effet, Cancellara, lors de Paris-Roubaix, semble avoir des ailes et distance Tom Boonen avec une aisance déconcertante à 16 km de l’arivée alors que son rival, en danseuse, est totalement impuissant, et voit le Suisse s’échapper et s’éloigner tranquillement. Le directeur sportif de la Quick Step, croit en l’innocence du Suisse, même s’il semble dubitatif. « Le film sur Youtube a de quoi faire naître un doute. Mais je reste convaincu que Fabian a réalisé sa performance avec sa seule force », avoue Wilfried Peeters.

« Ce film, je l'ai regardé avec méfiance. Imaginez que cela est vrai, alors c'est du pur vol. Pire que de la drogue », a renchéri le manager Patrick Lefevere en ajoutant: « Je ne participe pas aux rumeurs, et j'essaie de ne pas être « parano ». Mais maintenant, j'ai vu le film de Cassani, et j'espère que l'UCI examine la question à fond ». « Il est clair que nous allons être obligés d'accélérer (nos recherches) pour trouver la manière de scanner les vélos. Jusqu'à présent un tel contrôle n'a jamais eu lieu », a reconnu Jean Wauthier.

Alors que le dopage médical sévit toujours, l’UCI va devoir s’atteler à contrôler également cette nouvelle forme, le dopage mécanique. Nul doute que cette affaire n’a pas fini de faire parler d’elle.

José CEPEDA avec AFP

Voir la video

Voir la video