Ça s'est passé un 28 juillet 2019 : Egan Bernal devient le premier Colombien à remporter le Tour de France

Publié le , modifié le

Auteur·e : Paul Giffard
Egan Bernal, le premier colombien à être sacré sur la Grande Boucle
Egan Bernal remporte la 106e édition du Tour de France et devient ainsi le premier Colombien a être sacré sur la Grande Boucle | ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le 28 juillet 2019, Egan Bernal entre dans l'histoire de son pays. En remportant la 106e édition du Tour de France, il devient le premier Colombien à être sacré sur la Grande Boucle. Annoncé comme l'un des favoris avant la compétition, le natif de Bogota a attendu la troisième semaine et les étapes dans les Alpes pour faire la différence. À seulement 22 ans, il s'adjuge également le titre honorifique du plus jeune vainqueur depuis François Faber en 1909.

"C'est incroyable, je ne sais pas quoi dire. J'ai gagné le Tour. Il va me falloir quelques jours pour intégrer cela." C'est avec une grande émotion qu'Egan Bernal savoure sa première victoire dans le Tour de France. "J'ai vu ma famille, j'avais juste envie de les prendre dans mes bras. C'est une joie que je ne peux pas décrire. C'est le premier Tour de France de la Colombie: il y en a tellement qui ont essayé." En effet, dernièrement, Nairo Quintana a terminé trois fois sur le podium entre 2013 et 2016. Leur compatriote Rigoberto Uran s'est classé deuxième deux ans auparavant. "La Colombie le mérite. Et je suis fier d'être le premier à y arriver" conclu Bernal.

En terminant les trois semaines d'épreuve avec le maillot jaune, il devient ainsi le premier Colombien et latino-américain à s'imposer sur la Grande Boucle. Une performance remarquable pour le jeune coureur de 22 ans. Au classement général, le natif de de Bogota devance son équipier Geraint Thomas (+1'11'') et Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma, +1'31''). Un succès acquis dans les Alpes.

Egan Bernal entouré de Geraint Thomas et Steven Kruijswijk sur le podium
Egan Bernal entouré de Geraint Thomas et Steven Kruijswijk sur le podium © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Egan Bernal a su dompter les côtes de France

Il aura fallu attendre la troisième semaine de course pour voir Egan Bernal mettre un coup de pédale salvateur. Sur une 106e édition marquée par les 14 jours en jaune de Julian Alaphilippe, récompensé par le prix du super-combatif, le Colombien va se montrer plus fort sur les côtes. Une première attaque au sommet du col du Galibier au cours de la 18e étape lui a permis de grappiller 30 secondes sur le classement général. 

Lors du 19e étape, désormais dans la légende, le cycliste de l'équipe Ineos met tout le d'accord et personne ne peut suivre le rythme imposé. Malgré une étape interrompue en raison des conditions climatiques dantesques, le jeune prodige arrive au sommet du col de l'Iseran, lieu où sont pris les temps, avec une minute d'avance sur Thomas et deux minutes d'avance sur Alaphilippe. Par la même occasion, il récupère le maillot jaune de leader qu'il ne lâchera plus jusqu'à l'arrivée sur les Champs-Élysées. Même la cadence effrénée de Jumbo-Visma le lendemain, dans une étape raccourcie de 70km (59,5 au lieu de 130) pour cause de coulées de boue dues aux intempéries de la veille, n'inquiétera pas le futur champion.

à voir aussi Ça s'est passé le 26 juillet 2019 : la 19e étape complètement folle du Tour de France Ça s'est passé le 26 juillet 2019 : la 19e étape complètement folle du Tour de France

Jeune mais déjà au sommet

Les années se suivent et se ressemblent pour la team Ineos et Egan Bernal fait perdurer la tradition. Cochée chaque année comme principal objectif par l'équipe britannique, elle roule sur le Tour de France depuis une décennie. Après Bradley Wiggins (2012), Christopher Froome (2013, 2015, 2016, 2017) et Geraint Thomas (2018), c'est un quatrième homme issu de ses rangs qui s'impose sur la Grande Boucle. Une domination sans partage dans laquelle seul Vincenzo Nibali, alors chez Astana, a réussi à s'intercaler (2014). 

Le Tour de France connaît à présent son troisième plus jeune vainqueur. À 22 ans et 196 jours, le vainqueur du Paris-Nice quatre mois plus tôt est seulement devancé par Henri Cornet (1904 - 19 ans et 352 jours) et François Faber (22 ans et 187 jours). Jamais un cycliste aussi jeune n'avait remporté le maillot blanc dédié au meilleur jeune. 

Paul Giffard paul_gfrd