Ça s'est passé le 27 juillet 1986 : Greg LeMond remporte le Tour de France et prive Bernard Hinault d'un 6e sacre

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
TDF 1986

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

En 1986, après une lutte interne au sein de l'équipe La Vie Claire, Greg LeMond remporte son premier Tour de France, privant ainsi son coéquipier Bernard Hinault d'une sixième victoire. Pour son ultime Grande Boucle, le Français a dû finalement s'avouer vaincu, non sans combattre.

Il parait que les histoires d’amour finissent toujours mal. Celle de Bernard Hinault avec le maillot jaune s’est terminée sans pertes et fracas, avec un accord à l’amiable, mais mal tout de même. Ce 27 juillet, Greg Lemond entre sur les Champs-Elysées avec le maillot jaune sur les épaules, épilogue de trois semaines intenses pour les nerfs. Nous sommes en 1986, la Grande Boucle est prête à sillonner comme chaque été la France, de la Normandie aux Pyrénées avant de remonter par les Alpes. Le Tour s’élance, Bernard Hinault et Greg LeMond vont se livrer une guerre fratricide au sein de l’équipe La Vie Claire.

L’année précédente, Hinault a arraché son cinquième Tour de France, égalant Jacques Anquetil et Eddy Merckx. Tombé à Saint-Etienne, en perdition dans la montée vers Luz-Ardiden, le Français a été tracté par son coéquipier américain vers la tunique jaune à Paris. LeMond, en sacrifiant ses chances de victoire, a ressenti un goût amer en montant sur la seconde place du podium. "J’étais le plus fort", soufflera-t-il bien des années plus tard.

Le flair du Blaireau

A l’approche du Tour 1986, Bernard Tapie, le directeur de la Vie Claire, est face à un problème de riche qu’a connu bien des années plus tard le Team Sky avec Chris Froome et Bradley Wiggins (2012) ou Egan Bernal et Geraint Thomas (2019) : il dispose de deux coureurs capables de l’emporter. L’homme d’affaires doit ménager les susceptibilités et satisfaire les egos. Hinault l’a dit : juré, cette fois il aidera LeMond à remporter son premier Tour.

Le Blaireau a dit blanc, mais il va agir noir. A la bagarre avec Laurent Fignon dans la première partie du Tour, Hinault crève encore l’écran. Indécrottable compétiteur, le Breton ne peut pas résister : lors de la 12e étape qui amène à Pau, il attaque à 90 kilomètres, seulement suivi par Pedro Delgado. LeMond, dans le groupe derrière, ne peut rouler derrière un équipier. Il est piégé.

Dans la montée vers Pau, Hinault réalise un festival et s’empare du jaune. Pourtant dauphin au général, son leader est relégué à 4’37. Un gouffre. Hinault n’a pas pu s’en empêcher. LeMond est amer, la fracture atteint l’abîme. "C’est dur pour moi d’être encore derrière Hinault. Physiquement, on est pourtant très proche l’un de l’autre. Si Hinault a un mauvais jour, je serai là. Mais il faut que j’attende le moment où il craque.", peste alors l’Américain. 

Les pleurs d'Hinault dans l'Izoard

Son heure arrive lors de la 17e étape. Au pied de l’Izoard, Hinault - qui a déjà vu son avance fondre après une défaillance lors de la 13e étape à Superbagnères - n’avance plus. "Je pleurais sur mon vélo, on aurait dit que mon sang charriait des épines.", expliquera-t-il ensuite. LeMond ne se fait pas prier et appuie encore plus fort dans le col alpestre. A l’arrivée en haut du Col de Grançon, le Français accuse 3’21 de débours. Surtout, il lègue le paletot à son coéquipier. Le témoin est passé, l’éponge est jetée. Souffrant du mollet, Hinault abdique.

Le lendemain, l’étape-reine qui mène à l’Alpe-d’Huez offre l’image de cette édition 1986. LeMond et Hinault ont laissé sur le bas-côté tous leurs adversaires : Zimmermann, Hampsten, Pensec. Le couple au maillot bariolé est seul au monde, et profite. Bernard Tapie veut gagner sur tous les tableaux : il demande alors à LeMond, qui compte 7 minutes d’avance sur le troisième Zimmermann, de laisser gagner Hinault pour répartir les louanges. Le scénario est prévu, l’image semble elle sincère.

Dans le faux-plat menant à l’arrivée, le couple se congratule, les deux arrivent main dans la main. La brouille est enterrée, la victoire est proche. Hinault allongera le suspense encore un peu en gagnant le contre-la-montre de Saint-Etienne lors de la 20e étape, mais il verra finalement le maillot jaune filer dans les bras d'un autre pour son ultime Tour. Longtemps frustré, LeMond remportera, lui, le premier de ses trois Tours de France quelques jours plus tard à Paris.