TDF 2014 - Londres
Le passage du peloton devant Buckingham Palace avant le sprint final en 2014 | AFP - JUSTIN TALLIS

Brillant finish à Londres pour la tournée anglaise du Tour de France

Publié le , modifié le

Le Tour de France a encore réuni lundi des foules immenses au coeur de Londres, pour la troisième et dernière étape de sa tournée anglaise. Un triomphe de bout en bout qui a donné le spectacle d'une nation conquise par le velo, et la plus belle course du monde, toute française qu'elle soit.

Le long du Mall, entre Buckingham Palace et Trafalgar Square, Londres a retrouvé l'ambiance électrique du départ qui s'y déroula en 2007, et la joie populaire des JO de l'été 2012. Une grande fête estivale, avec sans doute des millions de personnes sur les derniers kilomètres du parcours. Un tracé qui a symboliquement longé le parc Olympique de Stratford, puis les nouveaux quartiers des Docklands, avant de s'enfoncer dans le coeur historique de la capitale.

Des petits vélos jaunes

Dès le matin au départ de Cambridge et sur les superbes routes de campagne du parcours sillonnant l'Essex,  des familles étaient installées sous un beau soleil, dans une ambiance chaleureuse et bon enfant. Partout --  sur les murs des maisons, accrochés à des arbres ou des haies, voire des bâtiments publics -- des vélos de toutes tailles, entièrement repeints en jaune -- roues comprises -- pour l'occasion. "Allez le Tour de France !" pouvait-on lire ici ou là. Pas la moindre trace de francophobie dans l'accueil réservé aux bruyants "frenchies" de la caravane du "grand cirque du Tour de France", comme l'a appelé sans ironie le journal The Independent on Sunday.

Le Yorshire, c'est sexy

Préférée à des concurrents aussi prestigieux que Barcelone, Florence ou Edinbourg, pour accueillir ce départ du Tour, la région du Yorkshire avait donné le ton dès vendredi soir, avant les deux premières étapes, qui ont relié Leeds à Harrogate, puis York à Sheffield. La présentation des équipes dans la Leeds Arena, devant plus de 10.000 spectateurs, a sans doute été l'une des plus grandioses que le Tour ait jamais connu. Un show à l'américaine, une explosion de sons et de couleurs dans une arène ultra-moderne, emblématique des ambitions de cette région du nord de l'Anglerre en pleine renaissance économique.
Le patron de l'office du  Tourisme du Yorkshire, Gary Verity, avait misé gros pour offrir la vitrine du Tour à sa région. La suite du week-end a tenu ses promesses: entre deux et trois millions de spectateurs se sont massés sur les routes vallonnées, le long des murets de pierre typiques de la région. "Bienvenue à Yorshire" était le slogan choisi par l'Office du Tourisme. "Le Yorkshire, c'est très sexy", a renchéri Christian Prudhomme, le directeur du Tour.

Des selfies en trop

Une fête qui, miraculeusement, n'a produit aucun incident sérieux. Le revers de l'enthousiasme des Anglais, a été l'inconscience de certains face aux risques d'une telle la course: pour cause de "selfies" de téléspectateurs en plein milieu de la route, dos face aux coureurs arrivant à pleine vitesse, plusieurs collisions ont été évitées de justesse. Mais il était dit que rien ne viendrait gâcher cette magnifique fête du velo, et de l'entente franco-britannique. Pas même la météo, extraordinairement clémente pendant ces trois premières étapes, jusqu'à ce que quelques gouttes ne viennent balayer la lignée d'arrivée. A point pour rafraîchir les sprinters du jour, Marcel Kittel en tête.

David Botbol