BOB JUNGELS
Bob Jungels, au départ de Saint-Jean de Maurienne. | MATHILDE L'AZOU

Bob Jungels dans la lignée des Schleck

Publié le , modifié le

Bob Jungels est un homme qui n'aime pas prendre son temps. Champion du monde juniors de chrono, le Luxembourgeois a toujours pris l'habitude d'aller plus vite que la montre. A 22 ans, le coureur de Trek Factory Racing court son premier Tour, avec succès.

Quand il était petit, Bob Jungels voulait être « une légende ». Pas un boucher, ni un banquier, ou encore professeur. Une légende, comme celles qui remplissent les plus belles pages de l'histoire du sport. Mais pour cela, il reste encore un long chemin à parcourir. Le coureur d'Alain Gallopin n'a que 22 ans, mais déjà un maillot bardé des couleurs de champion du Luxembourg. Comme un certain Andy Schleck avant lui. Il s'est rapidement acclimaté au grand show du Tour de France, qu'il découvre pour la première fois. « C'est un grand spectacle, le Tour est vraiment différent des autres courses. C'est une autre dimension ici, vraiment. Un grand merci aux gens qui viennent nous supporter », avoue-t-il, le visage encore poupin.

Le coureur de la Trek Factory Racing porte à lui seul les espoirs de la nouvelle génération luxembourgeoise. Plusieurs coureurs auraient du mal à succéder aux frères Schleck au palmarès du championnat du Luxembourg, tant ces deux champions d'exception ont marqué le monde du sport, et un pays tout entier. Ce qui n'a pas l'air de déranger l'ancien vainqueur de Paris-Roubaix espoirs, comme le prouvent ses résultats sur son premier Tour. Presque tous les jours à l'avant, Bob Jungels compte trois tops 10, en n'étant jamais passé loin de la victoire. Le coureur luxembourgeois aime être à l'avant, où il ne ménage jamais ses efforts : « J'aime attaquer. J'aime être devant. C'est important de me montrer, et de montrer à l'avant de la course mes couleurs. Je souhaite à chaque étape faire un résultat ». 

L'objectif de briller sur les Grands Tours

Quoi qu'il advienne sur ces deux dernières étapes alpestres, le jeune homme, professionnel depuis deux ans, sera satisfait de sa première Grande Boucle : « Je suis super content. C'est vraiment un Tour réussi pour moi. La première semaine a été très dure, avec beaucoup de chutes. Mais j'ai montré que je pouvais être là, avec les meilleurs, en 2e et 3e semaine ».

Forcément, Bob Jungels ne peut échapper à la comparaison avec les frères Schleck. Le jeune poulain d'Alain Gallopin aimerait d'ailleurs lui aussi briller sur les Grands Tour, au classement général. « C'est un objectif, mais il faut voir comment je poursuis mon développement, ma progression, avant de l'affirmer. Mais j'ai quand même montré que je pouvais être présent pendant trois semaines ». A 22 ans, Bob Jungels a le temps de se fixer un véritable plan de carrière, entre les Grands Tours et les classiques, qu'il aimerait « absolument gagner ». Mais il y a une légende à écrire...