Romain Bardet sera co-leader de la formation AG2R-La Mondiale sur le Tour de France 2014
Romain Bardet sera co-leader de la formation AG2R-La Mondiale sur le Tour de France 2014 | PASCAL GUYOT / AFP

Bardet, le Tour de France pour confirmer

Publié le , modifié le

A 23 ans, Romain Bardet s'apprête à disputer son deuxième Tour de France. Premier Français, à la 15e place, l'année dernière, le coureur de la formation AG2R-La Mondiale a encore franchi un cap en 2014. Co-leader dans sa formation, Bardet vise une étape mais ne se fixe pas d'objectif "chiffré" au général. Modeste, Romain Bardet n'en oublie pour autant pas d'être ambitieux.

Romain Bardet grandit vite, très vite. Professionnel en 2012, premier Français du Tour en 2013 et candidat au Top 10 en 2014. On a tendance à l’oublier mais il n’y a que 23 ans que Romain Bardet a vu le jour. C’était à Brioude en Haute-Loire. Etudiant (en management) à Grenoble, le coureur de la formation AG2R-La Mondiale est sur le vélo comme dans la vie : serein. Serein aussi, Romain Bardet l’est au moment de répondre aux questions des journalistes avant la présentation officielles des équipes du Championnat de France sur route aux Futuroscope.

Il faut dire que le début de saison de son début de saison peut donner de la confiance. Lui qui dit lui-même " vouloir confirmer saison après saison" n’en finit plus d’étonner. Vainqueur taille patron de la Drôme Classic en début de saison, Bardet s’est d’abord mis au service de Betancur sur Paris-Nice, avec la victoire finale du Colombien, avant de pouvoir jouer sa carte personnelle en Catalogne et sur Liège-Bastogne-Liège. Devant lui en Catalogne, Rodriguez, Contador et Van Garderen. Derrière, Quintana, Froome et Talansky. La crème de la crème. "Le début de saison s’est bien passé pour moi" reconnaît-il. C’est peu de le dire. Romain Bardet se bat désormais aux côtés des meilleurs. Sur le Dauphiné Libéré, Bardet a confirmé sa bonne forme en prenant la 5e place. De quoi avoir confiance en soi avant d’aborder l'objectif principal de sa saison : le Tour de France.

La Planche des Belles Filles dans le viseur

Co-leader de la formation AG2R en compagnie de Jean-Christophe Péraud, Bardet ne se fait pas une montagne de la pression inhérente à ce statut. L’absence de Carlos Betancur ne change d'ailleurs pas grand-chose à son goût : "Nous aurions été mieux avec trois cartes mais nous sommes ambitieux et bien entourés avec Jean-Christophe Péraud. Ça ne change rien à nos ambitions". De l’ambition justement, Bardet n’en manque pas. S’il se refuse à "se fixer un objectif chiffré au général", Bardet a la secrète ambition de frapper fort. Frapper fort au général mais aussi en décrochant son premier succès sur le Tour. Appelé à confier quelle étape il a cochée, Romain Bardet a l’œil brillant quand il évoque "la Planche des Belles Filles". Un certain 14 juillet. Grimpeur mais aussi puncheur, le jeune coureur d’AG2R a les qualités requises pour s’imposer là où Chris Froome avait dominé de la tête des épaules en 2012. Le jour de la fête nationale, cette étape intéresse Bardet par son caractère "sans doute moins stéréotypé" que les autres étapes de montagne. A l’inverse, l’étape des pavés inquiète ce coureur fluet. Vincent Lavenu, manager de la formation AG2R-La Mondiale nous a révélé que l’équipe "ferait un premier bilan après les pavés". La quatrième équipe au classement World Tour arrive armée avec ses deux leaders, Bardet donc et Péraud. Pour Lavenu, "c’est toujours bien d’avoir deux atouts au départ. "L’un des deux se détachera sans doute" ajoute-t-il.

"A l'aube de ma carrière"

Pour Romain Bardet, l’objectif est un Top 15 et le maillot blanc selon Vincent Lavenu. Le paletot de meilleur jeune était un graal que Carlos Betancur aurait dû viser. Las, la tâche incombe désormais à Romain Bardet. Un classement dont il avait pris la 4e place l’an dernier. En l’absence de Nairo Quintana, "le futur grand du Tour de France" selon Lavenu, la course semble plus ouverte même si Talansky ou Kwiatkowski seront des adversaires coriaces. A l’image de son coureur, le manager est confiant : "Romain est motivé, professionnel et appliqué donc s’il n’y a pas de pépin, tout se passera bien." Comme Romain Bardet dit lui-même qu’il est à "l’aube de sa carrière et de ses résultats significatifs", toutes les conditions semblent réunies pour un grand Tour de France. Ne reste plus qu’à confirmer.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot