Peloton
. | .

Attention à la chaleur !

Publié le , modifié le

Pour cette deuxième journée dans les Pyrénées, le peloton risque d'être confronté à des conditions météorologiques difficiles, dans une région où la chaleur risque d'être très lourde. Certains aiment ces températures élevées, d'autres les redoutent. Quoi qu'il en soit, toutes les précautions sont prises pour permettre aux coureurs de faire face à ces conditions.

D'abord, c'est essentiel, il faut beaucoup boire. Entre dix et douze bidons dans la journée, précisent les médecins des équipes. Certains ont même instauré un protocole, en rappelant la nécessité à leurs hommes de s'hydrater régulièrement, même s'ils n'en ressentent pas tout à fait le besoin. Les recommandations sont très importantes en la matière. Les médecins demandent au coureurs de ne pas prendre seulement de l'eau, mais de varier leurs boissons, de l'eau sucrée, des boissons énergisantes mais aussi de l'eau salée qui compense la perte de sel dans l'organisme.

"Il vaut mieux s'hydrater régulièrement tout au long de la journée" précise le Dr Guillaume, médecin de l'équipe FDJ.fr, précisant que "pour un kilo perdu, il faut deux litres d'eau". Autre conséquence, due à la transpiration, les coureurs risquent de souffrir de courants d'air froid, dans les descentes notamment, ce qui peut entraîner des bronchites ou des rhumes. Et tout autant, évidemment, il faut se méfier du soleil, des brûlures et des insolations. D'autant que les conditions de chaleur extrêmes interviennent après plusieurs jours de temps plus frais. Le corps a du mal à s'habituer, autant d'éléments qui doivent aussi être pris en compte avec la fatigue. Pour les coureurs, s'asperger est parfois une façon de se secouer pour se remotiver quand la pente est raide, pour s'ébrouer dans la difficulté. Dans ces cas là, ils ressentent le besoin de se rafraîchir. Mais ce n'est pas très efficace,  pour cela, selon les médecins, rien ne vaut le fait de boire régulièrement et de suivre les recommandations même en plein effort. 

Christian Grégoire