André Greipel
André Greipel encore vainqueur | DAVID STOCKMAN / BELGA MAG / BELGA/AFP

André Greipel est intouchable !

Publié le , modifié le

André Greipel s'est imposé sur la 15e étape du Tour de France disputée entre Mende et Valence. Le sprinteur allemand enlève sa troisième victoire d'étape après un sprint maîtrisé à la perfection. Le sprinteur de la Lotto-Soudal a attendu le dernier moment pour déboîter ses adversaires. John Degenkolb prend la deuxième place, Alexander Kristoff est troisième. C'est le neuvième succès de la carrière de Greipel sur le Tour.

Qui aurait pu prédire que le meilleur sprinteur (et non pas le leader du classement par points) de cette Grande Boucle 2015 serait un homme de 33 ans ? Alors que la nouvelle génération des Kristoff, Degenkolb, Sagan ou même Bouhanni arrive comme une balle, les "vieux" font de la résistance. Sur ce Tour de France, quatre étapes se sont achevées par un sprint massif, toutes remportées par des trentenaires (Mark Cavendish affiche 30 printemps). Mais le plus fort c'est bel et bien André Geipel. Comme à Zélande et à Amiens en première semaine, le sprinteur allemand s'est imposé devant tous ses petits copains. John Degenkolb, Alexander Kristoff et Peter Sagan croyaient se jouer la victoire, ils n'avaient pas vu débouler Greipel sur leur gauche. Le "Gorille de Rostock" s'impose finalement avec une belle longueur d'avance. 

Katusha roule toute la journée

Le sprinteur n’est pas partageur. Surtout quand il est affamé. Voilà huit jours que les purs-sangs du peloton n’ont pas eu de sprint massif à se mettre sous la dent. Une éternité pour ces affamés. Neuf coureurs ont pourtant cru pouvoir se tailler la part du lion, Pinot, une nouvelle fois à l’avant, mais aussi Sagan qui a assis définitivement sa domination sur le maillot vert en passant en tête au sprint intermédiaire, Rogers, Bak, Geschke, A. Yates, Kwiatkowski, Trentin et Hesjedal. Avec un écart maximal de 3’15, ils n’y ont pas beaucoup cru. Il faut dire que la Katusha d’Alexander Kristoff a veillé au grain toute la journée. Sans succès puisque le sprinteur norvégnien ne prend que la troisième place sur la ligne.

Péraud et Cavendish attardés

Une journée difficile pour les fatigués des deux premières semaines. Dès les premiers kilomètres de l’étape, 23 coureurs ont été distancés. Parmi eux, on retrouve Jean-Christophe Péraud, le combatif devant l’éternel mais aussi Roy, Kennaugh, Cavendish ou encore Teklehaimanot. Ils achèveront l’étape à plus d’un quart d’heure du peloton. Pour eux, le jour de repos de mardi va faire le plus grand bien. André Greipel lui attend les Champs-Elysées pour se rapprocher un peu plus des douze succès d'Erik Zabel, l'Allemand le plus victorieux sur les routes du Tour.