CANICULE CHALEUR SUR LE TOUR
Les organismes sont mis à rude épreuve sur les routes du Tour. | JEFF PACHOUD / AFP

Alerte canicule sur le Tour

Publié le , modifié le

Sur les routes du Tour, il fait chaud, il fait beau… Mais toute cette chaleur donne soif. Les périodes de canicules sont compliquées à gérer pour le peloton de la Grande Boucle. A chacun ses stratagèmes pour essayer de ne pas trop subir les fortes températures.

Dans la foule sur le bord des routes, tous sont avec leur bouteille et leur glacière pleine de rafraîchissants, bob vissé sur le crâne. Une façon comme une autre de lutter contre la canicule qui touche le Tour de France en ce moment. Pour les coureurs, c'est un ennemi supplémentaire dont ils se seraient bien passés.

Dès la première étape du Tour, les équipes ont dû  faire face aux hautes températures. Du côté d'IAM Cycling, on sort le sèche-linge pour y étendre des gilets noirs. Ce sont des vestes réfrigérantes, destinées à rafraîchir les coureurs pendant leur échauffement, et leur permettre de ne pas trop subir la chaleur. Il suffit de mettre dans ces gilets des morceaux de glace. Du côté d'Europcar, le stratagème est le même. C'est Hubert Long, médecin de l'équipe, qui a testé ce type de veste, il y a cinq ans : « le but est qu'on évite une trop forte élévation thermique corporelle. Ce n'est pas très confortable au début car c'est comme si on t'installait une poche de glace dans le dos, mais c'est important ».

Entre 160 et 180 bidons par jour​

Sur les autres étapes, pas de gilets réfrigérants, mais de la glace sur la nuque...  et beaucoup de bidons. Au village-départ, Alexandre Lecoq, assistant chez AG2R La Mondiale les prépare justement. Jour de canicule oblige, tous les bidons sont réquisitionnés. Et ça fait un certain nombre : « Nous avons deux voitures dans la course. Dans chaque voiture, on met en moyenne 80 bidons. Et nous avons des assistants qui sont sur le parcours, pour ravitailler les coureurs et donner encore d'autres bidons aux voitures. Donc ça fait entre 160 et 180 bidons de donnés dans la journée quand il fait chaud comme ça ». A l'intérieur de ces bidons, de l'eau, mais aussi des minéraux, mais aussi du sirop. Il en faut plusieurs sortes, comme l'explique Hubert Long : « A Europcar nous donnons deux types de bidons. Il y a ceux qui hydratent, que les coureurs prennent pour boire ou pour se rafraîchir le corps, et ceux qu'ils peuvent boire, tout simplement. Quand il fait chaud comme ça il faut faire plus que boire, d'où le nombre important de bidons ».

Si en moyenne 180 bidons sont donnés chaque jour en période de canicule, cela fait en tout pas moins de 3960 bidons bus par jour par les coureurs du Tour de France. Un chiffre étourdissant, qui a de quoi rivaliser avec ceux de la température actuelle.