Alain Gallopin
Alain Gallopin, directeur sportif de Trek | MAXPPP - PQR - L'EST REPUBLICAIN -

Alain Gallopin "ému" par son neveu Tony

Publié le , modifié le

Dans la famille Gallopin, où trois des cinq frères ont été professionnels, Alain est sans doute celui qui a le plus marqué l'opinion publique. Rapidement devenu directeur sportif, il a dirigé Ullrich, Schleck et Contador, a été très proche de Laurent Fignon et a surtout aidé son neveu Tony à progresser en le recrutant en 2012 dans l'équipe RadioShack. Aujourd'hui directeur sportif de Trek Factory, il réagit avec beaucoup d'émotion et de fierté à la prise de pouvoir de Tony.

"Je pense à toute notre famille qui vit au rythme du vélo depuis si longtemps, et je suis vraiment très heureux. Mais je ne suis pas surpris, car personnellement je le pensais capable de cela.  Il y a deux ans, dans l’étape de Porrentruy remportée par Thibaut Pinot, il avait fini 2e et était passé tout près du maillot jaune. A ce moment là, les Liquigas avait tiré pour Sagan, sinon c’est lui aurait été en jaune", déclare Alain Gallopin

"Cette année, il était aussi virtuel maillot sur l’étape des pavés, il a crevé au mauvais moment mais il montré qu’il était en grande condition sur ce Tour, et surtout très régulier. C’est grandement mérité pour lui. Tony est un garçon discret, qui a besoin d’apprendre au niveau médiatique. Il a été longtemps premier français depuis le début et personne n’en a parlé. La meilleure réponse, c’était de prendre le maillot jaune, et c’est ce qu’il a fait" ajoute l'oncle.

Quant à la façon dont il a vécu la fin d'étape à Mulhouse, Alain Gallopin ne cache pas son émotion: "Ce n'est pas facile parce que je suis directeur sportif d’une autre équipe. Je sais que Fabian Cancellara l’a aidé à la fin. Je n’ai rien demandé, je suis resté neutre. Mais je pense qu’il est dans une bonne équipe…Je vais remercier Fabian, parce qu’en plus, il a fini deuxième de l’étape. Mais c'est évident, je suis très ému, pour nous tous qui évoluons depuis toujours dans ce milieu du vélo. Moi, j’y suis depuis l’âge de huit ans et ça fait bientôt cinquante ans que je suis les courses….Vous vous rendez compte, un Gallopin maillot jaune, c’est extraordinaire".

Christian Grégoire