AG2R "à deux doigts de réaliser quelque chose de très grand"

AG2R "à deux doigts de réaliser quelque chose de très grand"

Publié le , modifié le

L’équipe française AG2R-La Mondiale avait abordé le Tour de France 2014 en espérant placer ses deux leaders dans le Top 15. En maîtrisant parfaitement l’ultime passage pyrénéen, Jean-Christophe Péraud (37 ans) est en place pour accrocher la deuxième place du général, tandis que Romain Bardet (23 ans) est toujours amarré au Top 5. S’ils attendent encore "le chrono (samedi) pour confirmer", ils évoquent déjà un accomplissement "inespéré".

Comme depuis plusieurs soirs -presque comme depuis le début du Tour, en fait-, le clan AG2R-La Mondiale était lumineux, ce jeudi soir dans la brume d’Hautacam. Jean-Christophe Péraud venait une nouvelle fois de faire le travail en restant dans la roue de ses rivaux (Nibali hier, Pinot aujourd’hui) pour prendre la place d’Alejandro Valverde sur le podium, tandis que Romain Bardet, malgré "de gros maux de tête", se surpassait pour rester dans le Top 5 au général.

"Le plus gros du travail a été fait"

"Le plus gros du travail a été fait aujourd’hui, s’enthousiasme Vincent Lavenu, le manager général de l'équipe. Il était important de pouvoir creuser des écarts, notamment avec Valverde, dont on sait que c’est un très bon coureur contre la montre". Le coureur espagnol, lâché par les accélérations de Rafal Majka et de Thibaut Pinot, a encore une fois montré ses limites. "Il m’a l’air sur la pente descendante, avoue le directeur sportif Julien Jurdie. On est bien en-dessous de ce qu’on avait estimé".

Et ce n’est pas pour déplaire à ‘Jicé’ Péraud, qui prend, pour la première fois de la course, ses aises sur le podium (3e à 13 secondes de Pinot, 2e). "Il était dans le dur dans la montée, mais tout le monde était un peu à la rupture, explique Lavenu. Pour arriver à tenir des chocs comme ça, il faut du courage… Globalement, grande satisfaction de l’équipe. Il reste maintenant le chrono pour confirmer".

A 13 secondes de la deuxième place

Dans cet exercice, l’ancien vététiste est -en théorie- supérieur à tous ceux qui l’encadrent au général. "(Pinot) a 13 secondes d’avance : sur le papier, ces 13 secondes sont pour Jicé", avance Jurdie. L’intéressé n'est pas du même avis, mais "on est plus optimiste que lui", poursuit le directeur sportif. "On essaye de canaliser toute cette effervescence mais on leur dit au briefing : on est à deux doigts de réaliser quelque chose de très grand. On a du mal à prendre du recul".

En dix ans à la tête de l’équipe, Jurdie a vu les siens "porter le maillot jaune, gagner des étapes, faire des Top 10… mais là, c’est inespéré". Les Champs, il s’y voit déjà. "Monter sur la boîte avec Jicé, cela provoque une sensation difficile à expliquer. On travaille toute l’année pour des moments comme ça. On laissera éclater notre joie dimanche".

Vidéo : La réaction de Bardet à l'arrivée

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer