André Greipel sprint 5e étape TDF 2015
André Greipel (Lotto-Soudal) | DR

5e étape : Et de deux pour Greipel !

Publié le , modifié le

Sur un tracé rendu difficile en raison de la pluie et du vent, la 5e étape entre Arras et Amiens a été marquée, ce mercredi, par de nombreuses chutes, deux abandons (dont celui de Nacer Bouhanni) et une nouvelle victoire au sprint d’André Greipel (Lotto-Soudal). Le coureur allemand a devancé le Slovaque Peter Sagan (Tinkoff-Saxo) et le Britannique Mark Cavendish (Etixx-Quickstep). Le Français Arnaud Démare (FDJ) termine 7e, Bryan Coquard (Cofidis) 8e. Au classement général, l'Allemand Tony Martin (Etixx-Quickstep) conserve le maillot jaune de leader.

Un début de course sous tension

Après les pavés de la Flèche wallonne, le peloton affrontait, ce mercredi, le vent des grandes plaines de Picardie. Dès le premier kilomètre, Nicolas Edet (Cofidis) et Pierre-Luc Périchon (Bretagne-Séché Environnement) prenaient la tangente. Toutefois, le coureur de la Cofidis se relevait au bout de quelques kilomètres, laissant ainsi filer son compagnon d’échappée. Au km 18, une chute dans le peloton ruinait tous les espoirs de Nacer Bouhanni qui, dans l’impossibilité de repartir comme le reste des coureurs impliqués dans la chute, a été évacué en ambulance vers l’hôpital le plus proche. Les premiers examens ne révéleront aucune fracture.

Quatre de ses coéquipiers, Kenneth Van Bilsen, Florian Sénéchal, Luis Mate et Daniel Navarro, également pris dans la chute, parvenaient, eux, à reprendre la route tant bien que mal. Cela n’en restait pas moins un vrai coup dur pour la formation Cofidis qui perdait aujourd’hui son leader.

A l’avant, Périchon poursuivait son effort et comptait 3’45’’ d’avance après 25 km de course. Mais, entre la tension au sein du peloton et les conditions météorologiques difficiles (vent et pluie), une nouvelle chute marquait ce début d’étape. Plusieurs coureurs en tête de peloton se retrouvaient ainsi à terre, à l’image de Greg Van Avermaet (BMC). Le Belge, 6e au général, parvenait néanmoins à repartir, le cuissard bien abîmé. Au même moment, le peloton, emmené par la formation Tinkoff-Saxo, donnait un coup d’accélérateur et Périchon perdait au fur à mesure un peu de son avance. Après 70 km, le coureur de Bretagne-Séché Environnement ne comptait plus que 1’22’’ d’avance tandis que, dans le peloton, Bryan Coquard (Europcar), repartait doucement après une chute.

Au km 80, alors que le peloton abordait un faux-plat assez large, une quinzaine de coureurs se retrouvaient une nouvelle fois à terre. A l’instar de Tyler Farrar (MTN-Qhubeka), Thibaut Pinot (FDJ) ou encore Bryan Coquart (Europcar). Tout le monde repartait même si certains faisaient un peu la grimace. Le peloton, échaudé par ces chutes à répétition, ralentissait un peu la cadence. 

Fin d'échappée solitaire et premières cassures

Au km 89, Pierre-Luc Périchon passait en tête au sprint intermédiaire avec 42 secondes d’avance sur André Greipel (Lotto-Soudal), porteur du maillot, suivi par John Degenkolb (Giant-Alpecin) et Mark cavendish (Etixx-Quickstep).

Dans la foulée, le peloton revenait sur Périchon pour qui l’échappée prenait fin après un peu plus de 90 kilomètres d’efforts sur une chaussée la plupart du temps humide.

Balayées par la pluie et le vent, les plaines de Picardie étaient la promesse de bordures mais il fallait attendre le km 93 pour assister à la première cassure de la journée. Elle était de courte durée. Seul Michael Matthews (Orica-GreenEdge) était à la peine à l’arrière et il souffrait pour revenir, apparemment blessé lors d’une des précédentes chutes. Au km 113, un vent de côté favorable permettait à la BMC, bien aidée par les formations Tinkoff-Saxo et Sky, de réaliser une nouvelle cassure. Le peloton était alors coupé en deux tandis que la pluie s’intensifiait. Les leaders étaient épargnés.

Les leaders aux avant-postes

A 50 km de l’arrivée, l’écart entre le groupe maillot jaune et le deuxième peloton était de 3’16’’. Dans ce dernier, on trouvait notamment Thomas Voeckler (Europcar), Michael Matthews (Orica-GreenEdge), Richie Porte (Sky), Rafal Majka (Tinkoff-Saxo), Laurens Ten Dam (Lotto-Jumbo), Johan Van Summeren (AG2R-La Mondiale), Alex Dowsett (Movistar), Jérémy Roy (FDJ), Wilco Kelderman (Lotto-Jumbo), Pierrick Fédrigo (Bretagne-Séché Environnement) ou encore Sebastian Langeveld (Cannondale).

A l’avant, sous un ciel de plomb, les formations BMC, Sky, Tinkoff et Astana se relayaient, faisant encore augmenter l’écart avec le 2e groupe à plus de 4 minutes à 35 kilomètres de l’arrivée. On se dirigeait logiquement vers un sprint massif. Mais une nouvelle chute à 25 km de l’arrivée mettait une trentaine de coureurs à terre, parmi lesquels : Thibaut Pinot, Matteo Tosatto, Jan Bakelants, Tiago Machado, Michael Albasini, Filippo Pozzato ou encore Jean-Christophe Péraud. La faute à une chaussée particulièrement glissante.

Les victimes de la chute parvenaient malgré tout à revenir sur le groupe de tête mais on pouvait lire de l’abattement sur le visage de certains coureurs. Les attardés pointaient, eux, à plus de 7 minutes.

Dans les derniers  kilomètres, le vent était toujours présent mais la route était sèche. Les équipes s’organisaient pour placer leurs sprinteurs. Avant l’emballement final qui, pour la seconde fois depuis le début de ce Tour, souriait à André Greipel. Le sprinteur allemand de la formation Lotto-Soudal faisait parler toute sa puissance pour devancer le Slovaque Peter sagan (Tinkoff-Saxo) et le Britannique Mark Cavendish (Etixx-Quickstep). Le Norvégien Alexander Kristoff (Katusha) terminait 4e. Côté français, on notera les 7e et 8e places d’Arnaud Démare (FDJ) et Bryan Coquard (Europcar).

Au classement général, l’Allemand Tony Martin (Etixx-Quickstep) conserve son maillot de leader, à 12 secondes devant Christopher Froome (Sky) et 25 devant Tejay Van Gerderen (BMC). 

Retrouvez l'ensemble des classements ICI

Isabelle Trancoën