Joie Vincenzo Nibali (Astana) TDF2015
La joie de Vincenzo Nibali (Astana) | AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

19e étape : Nibali tient enfin sa victoire

Publié le , modifié le

Troisième et avant-dernier opus alpestre du Tour 2015, la 19e étape, 138km entre Saint-Jean-de-Maurienne et La Toussuire, promettait du beau sport, avec pas moins de quatre difficultés au programme. Et le spectacle a été au rendez-vous avec de nombreuses attaques, une belle échappée de Pierre Rolland (Europcar) et une victoire au panache et en solitaire de l’Italien Vincenzo Nibali (Astana). Le « Requin de Messine » a devancé Nairo Quintana et Christopher Froome. Au classement général, Froome conserve son maillot de leader devant Quintana et Valverde mais, fort de son succès du jour, Nibali fait un bond de trois places et se hisse en 4e position.

« Cette fin de Tour a été tracée pour  pour que les principaux protagonistes s'expliquent dans ces deux dernières étapes », déclarait Andy Flickinger, directeur sportif chez Europcar, avant le coup d’envoi de l’étape. Et, ça n’a pas loupé. On a en effet rapidement constaté que les grimpeurs avaient envie d’aventure et des fourmis dans les jambes. Ainsi, dès les premiers hectomètres du Col du Chaussy, Brice Feillu (Bretagne-Séché Environnement) donnait un coup d’accélérateur, suivi notamment par Romain Bardet (AG2R-La Mondiale), Jean-Christophe Péraud (AG2R-La Mondiale), Joaquim Rodriguez (Katusha) et Arnaud Démare (FDJ). Les écarts ne se faisaient pas immédiatement mais le peloton s’étirait dans l’ascension de ce col inédit sur la route du Tour. Finalement, une échappée de 26 coureurs se dessinait au km7 alors que la pluie faisait son apparition.

Chacun tente sa chance

Au km 10, les fuyards comptaient 55 secondes d’avance sur le groupe maillot jaune. C’était le moment qu’Alberto Contador (Tinkoff-Saxo) choisissait pour lancer une attaque. Celle-ci était jugulée rapidement. « El Pistolero » plantait une deuxième banderille et, ce coup-ci, était suivi par son compatriote Alejandro Valverde (Movistar). Les deux hommes rejoignaient le groupe de tête dont l’écart se réduisait comme peau de chagrin. Christopher Froome et son équipe faisaient les frais de ces attaques et le maillot jaune se retrouvait avec seulement  deux coéquipiers. Joaquim Rodriguez passait, lui, en tête au sommet du Col du Chaussy.

La descente était le théâtre de nombreuses attaques et de regroupements qui désorganisaient le peloton. Dans la vallée, Pierre Rolland se retrouvait momentanément seul à l’avant puis était repris par une vingtaine de coureurs dont Bardet, Kreuziger, Gallopin, Rodriguez, Uran, Gautier, Sicard ou encore Edet. A l’arrière, de nombreux petits groupes s’étaient formés. Au km 40, le groupe de tête comptait 50 secondes d’avance sur le groupe maillot jaune. Dans les kilomètres suivants, l’écart montait à 2’30’’ mais le groupe maillot jaune, emmené par la Lotto-Jumbo et la Sky, contrôlait.

Rolland au panache

Au pied de la Croix de Fer, deuxième ascension de la journée, l’écart entre les échappés et le groupe maillot jaune était retombé à 1’30’’ mais il remontait doucement alors que la pente s’élevait. Dans l’ascension, à 12 km du sommet, Pierre Rolland lançait une attaque.

Personne ne prenait sa roue et le coureur de la formation Europcar prenait le large. Avant de franchir le sommet de la Croix de Fer, Vincenzo Nibali, à l’avant du groupe maillot jaune, essayait de prendre la poudre d’escampette mais sa tentative n’était pas suffisamment franche. Alejandro Valverde (Movistar) tentait également sa chance à environ 5 km du sommet mais avec un peu trop d’hésitation. Dans la foulée, Christopher Froome était victime d’un petit incident mécanique dont Vincenzo Nibali profitait pour attaquer de manière beaucoup plus nette.

En haut de la Croix de Fer, Pierre Rolland possédait 1’05’’ d’avance sur Vincenzo Nibali et 2 minutes sur le groupe maillot jaune emmené à tour de rôle par la Lotto-Jumbo et la Tinkoff-Saxo. En excellent descendeur, le « Requin de Messine » effectuait la descente à tombeau ouvert et parvenait ainsi à grappiller quelques secondes à Pierre Rolland qui ne déméritait pas pour autant dans cette descente de la Croix de Fer.

Un tandem franco-italien de choc

Dans l’ascension du Col du Mollard, Pierre Rolland allait toutefois perdre son avance et être rejoint par Vincenzo Nibali. Ce dernier, après une petite tape sur l’épaule, lui ouvrait la voie dans la descente.

Dans cette descente tortueuse et risquée, les deux hommes coopéraient avec panache. Derrière, Romain Bardet se lançait à la poursuite du duo, après être passé en troisième position au sommet. Mais un problème de dérailleur l’obligeait malheureusement à s’arrêter. 

L’envolée italienne

Au pied de la Toussuire – l’ascension finale de 18km – le tandem Nibali/Rolland comptait 1’45’’ d’avance. Mais à 16 km de l’arrivée, l’Italien lâchait son compagnon d’échappée et ce dernier ne pouvait suivre le tempo. Et c’était avec 1’33’ d’avance sur Rolland et 2’15’’ sur le groupe maillot jaune que Nibali, efficace et élégant sur son vélo, franchissait la banderole des 10 km et s’envolait vers la victoire.

A l’arrière, Rolland était repris par Froome et consort, Nairo Quintana attaquait et Christopher Froome partait en contre. Si le Colombien avait de bonnes jambes, lui permettant de prendre quelques longueurs d’avance sur le Britannique, son attaque intervenait un peu trop tardivement pour espérer aller inquiéter Nibali. L’Italien s’imposait finalement en solitaire à la Toussuire et levait les bras, heureux d’avoir enfin accroché une victoire sur ce Tour 2015. Nairo Quintana terminait 2e (+44''), devant Christopher Froome (+1'14). Au classement général, Vincenzo Nibali réalise une bonne opération en se hissant à la 4e place. Le trio de tête reste, lui, inchangé. 

Point maillots distinctifs

Maillot jaune : Christopher Froome (Sky)​
Maillor à Pois : Romain Bardet (AG2R-La Mondiale)
Maillot blanc : Nairo Quintana (Movistar)
Maillot vert : Peter Sagan (Tinkoff-Saxo)

Isabelle Trancoën