19e étape : Le Tour reprend son souffle

19e étape : Le Tour reprend son souffle

Publié le , modifié le

Découvrez en quatre points les caractéristiques de la dix-neuvième étape du Tour de France, reliant Maubourguet Pays du Val d'Adour à Bergerac longue de 208,5 kilomètres. Les Pyrénées dans le dos, le peloton entame sa remontée vers Paris avec une étape de transition avant le seul contre-la-montre de la 101e édition. Les sprinteurs ont tous coché cette étape.

  • Le parcours : Retour au calme …plat

Le parcours : Retour au calme …plat

Sevrés de sprint depuis l'arrivée à Nîmes, les pur-sangs du peloton retrouvent un terrain propice à une explication dans les 500 derniers mètres. De Maubourguet Pays du Val d'Adour à Bergerac (208,5 km), la montagne cède la place à la plaine. Pas de difficulté à signaler hormis la Côte de Monbazillac à 13 km de l'arrivée (1,3 km à 7,6 %). Une ultime occasion pour les finisseurs de tenter une attaque en puissance avant d'engager un contre-la-montre jusqu'à l'allée Lucien Videau. Mais les équipes de sprinteur auront surement un œil attentif aux baroudeurs car cette 18e étape sera l'ultime répétition avant l'arrivée sur les Champs-Elysées.

  • Le coureur à suivre : Peter Sagan

Le coureur à suivre : Peter Sagan

Aura-t-il raté son Tour de France s'il rentre en Slovaquie sans étape dans sa musette ? Peter Sagan n'est pas du genre à se contenter seulement d'un maillot distinctif, surtout si celui-ci représente la course aux points, une tunique verte dévolue exclusivement aux meilleurs sprinteurs de la planète. Malgré sa vélocité, on imagine mal le coureur de Cannondale s'imposer sur les Champs-Elysées. Une place oui mais pas la victoire avec les Kittel et Greipel. L'arrivée à Bergerac, précédée d'une petite côte de 4e catégorie, peut donc lui permettre d'ouvrir son compteur. C'est aujourd'hui ou jamais sur ce Tour 2014.

  • Le chiffre : 16

Le chiffre : 16

Nibali, Majka, Sagan et Pinot peuvent dormir tranquille, leurs maillots distinctifs devraient, sauf accident, voir Paris sur leurs dos. On se bat désormais pour les accessits comme dans la course aux points. Largement en tête avec ses 408 points, Peter Sagan peut se concentrer exclusivement sur la chasse aux étapes. En revanche, le match existe toujours entre le Français Bryan Coquard (233 points) et le Norvégien Alexander Kristoff (217 points) qui ne sont séparés que de 16 points. Pour son premier Tour, le sprinteur d'Europcar a démontré une belle pointe de vitesse et un placement intéressant. Une 2e place au maillot Vert serait une très belle récompense et une promesse pour le futur.

  • L'histoire : La démonstration Indurain

L'histoire : La démonstration Indurain

En 1994, le Tour de France était à l'heure espagnole. Et quand on parlait chronomètre, le maître incontesté de la spécialité s'appelait Miguel Indurain, quintuple vainqueur de l'épreuve. Cette année, la 4e de son règne, il répétait un schéma bien connu : dès le premier contre-la-montre de la Grande Boucle, il assommait la course. Entre Périgueux et Bergerac, 9e étape de 1994, Indurain a de nouveau livré une prestation de haut vol. Sur une distance de 64 km, il écrasait toute concurrence. 2e de l'étape, Tony Rominger concédait 2 minutes tout rond tandis qu'Armand de las Cuevas, 3e, était déjà à 4'22". Pendant ces années EPO, Lance Armstrong n'était pas encore tombé dans la potion magique. L'Américain n'était que 16e à 6'23" de l'Espagnol dont les soupçons demeurent toujours. A Bergerac, Indurain prenait le maillot jaune pour ne plus le lâcher.

Xavier Richard @littletwitman