Le peloton du Tour
Le peloton du Tour de France | PASCAL POCHARD-CASABIANCA / POOL / AFP

17e étape : la grosse étape des Pyrénées

Publié le , modifié le

Découvrez en quatre points les caractériqtiques de la 17e étape du Tour de France entre Saint-Gaudens et Saint-Lary Pla d’Adet. Pas moins de quatre cols au programme dont trois de première catégorie et l’arrivée en altitude (hors catégorie). Les cadors vont avoir de quoi s’expliquer à quatre jours de l’arrivée à Paris.

Le parcours : le "Pla" de résistance des Pyrénées

Au lendemain d’une première étape pyrénéenne uniquement difficile sur la fin, en guise d’entrée, le peloton enchaîne avec 124,5 km d’un parcours très dur : Col du Portillon, Col de Peyresourde, Col de Val Louron-Azet (tous trois en première catégorie), plus le final hors catégorie à Saint-Lary Pla d’Adet (10,2 km à 8,3%). Un tracé pour les hommes forts qui aurait plu aux absents (Froome, Contador) et que Nibali pourrait exploiter pour entériner sa victoire finale.

Le coureur à suivre : Thibaut Pinot

Le leader de la FDJ.fr est un grimpeur redoutable dans un bon jour. Cette étape dantesque peut parfaitement lui convenir d’autant que, contrairement à celle de mardi, elle s’achève en altitude. Bon dans les Vosges comme dans les Alpes, Thibaut Pinot devra se montrer excellent sur ce terrain accidenté –sans récupération- pour tenter d’arracher du temps sur ses concurrents pour le podium. Chaque seconde sera précieuse.

Le chiffre : 39,1 km

Cette 17e étape sera d’une intensité exceptionnelle avec quasiment 40 km d’ascension pure entre le Col du Portillon et l’arrivée. La plus longue montée sera celle menant au sommet de Peyresourde (13,2 km à 7%). Les coureurs enchaîneront les quatre difficultés du jour lors des 80 derniers kilomètres du parcours.

L’histoire : La surprise Hincapie

La première arrivée à Saint-Lary Pla d’Adet a eu lieu en 1974 avec le succès de l’increvable Raymond Poulidor (qui allait finir 2e du Tour quelques jours plus tard derrière Eddy Merckx). Joop Zoetemelk triomphait l’année suivante. Le Français Mariano Martinez suivait en 1978 avant le Suisse Beat Breu (en 1982). Zenon Jaskula offrait à la Pologne sa première victoire détape dans le Tour en 1993 avant le grand numéro de Lance Armstrong, finalement déclassé des années plus tard, en 2001. En 2005, c’est George Hincapie qui concrétisait à la surprise générale. A 32 ans, le spécialiste des classiques enlevait l’étape reine devant cinq grimpeurs, Brochard, Sevilla, Caucchioli, Boogerd et Pereiro ! Un exploit à peine croyable.

Vidéo : le départ de l'étape 17