12e étape : Le Tour se met au vert

12e étape : Le Tour se met au vert

Publié le , modifié le

Découvrez en quatre points les caractéristiques de la douzième étape du Tour de France, reliant Bourg-en-Bresse à Saint-Etienne et longue de 185,5 kilomètres. Avant de s'expliquer dans les Alpes, le peloton a rendez-vous au pied du Stade Geoffroy-Guichard. Pas forcément pour laisser le champ libre au maillot vert !

  • Le parcours : Une chance pour les audacieux

Le parcours : Une chance pour les audacieux

A la veille de la première étape alpestre, le Tour s'arrête à Saint-Etienne. 185,5 kilomètres pour faire tourner les jambes et se préparer à escalader les cols hors catégorie. Les maillots verts seront nombreux sur la ligne d'arrivée situé à proximité Stade Geoffroy-Guichard. En revanche, celui de Peter Sagan ne sera peut-être pas en mesure de jouer la gagne. Avec quatre côtes au programme dont une dernière, celle de Grammond (9,8 km à 2,9 %), à 21,5 km de l'arrivée, les baroudeurs auront une petite chance de coiffer les sprinteurs. Surtout qu'après Grammond, ça descend quasiment jusqu'au bout. Mais les pur-sangs sont sevrés de sprint massif depuis l'arrivée de la 4e étape à Lille et feront tout avoir droit à leur dessert.

  • Le coureur à suivre : Sylvain Chavanel

Le coureur à suivre : Sylvain Chavanel

Grand battu de la 8e étape remportée par Blel Kadri (AG2R La Mondiale), Sylvain Chavanel (IAM) n'est pas coureur à baisser les bras. Avec ses qualités de puncheur, le Poitevin pourrait à nouveau avoir son mot à dire. Dans une échappée au long cours dont il est coutumier où en plaçant une attaque dans la dernière difficulté du jour. La bosse de Grammond est dans ses cordes et les 20 derniers kilomètres en descente correspondent à son profil d'équilibriste et de spécialiste du chrono. Chavanel a l'expérience pour remporter une 4e étape sur le Tour (1 en 2008 et 2 en 2010). A lui de s'en servir à bon escient.

  • Le chiffre : 2h41'47"

Le chiffre : 2h41'47"

L'apprentissage du Tour de France n'est pas aussi long que la muraille de Chine mais il ressemble à un calvaire pour Cheng Ji. Le premier chinois de la Grande Boucle est toujours en course mais il occupe la dernière place du classement à 2h41'47" de Vincenzo Nibali. Son objectif est simple : continuer d'aider Marcel Kittel à remporter des étapes et rallier les Champs-Elysées, même lanterne rouge.

  • L'histoire : Hinault se casse le nez

L'histoire : Hinault se casse le nez

Des 25 passages du Tour à Saint-Etienne, une image forte est restée. En 1985, la Grande Boucle vibre avec le duel Hinault-LeMond, parfaitement orchestré par Bernard Tapie, patron de La Vie Claire qui fait courir les deux hommes. En chasse d'une cinquième victoire sur le Tour, le Breton a la tête dure et va encore le prouver. Alors que Luis Herrera s'est imposé en solitaire et en sang après une chute en descente, Hinault se présente à son tour sur le Cours Fauriel. Le maillot jaune dispute le sprint du peloton mais chute sévèrement. Bilan : nez cassé et crâne ouvert. "Mes deux bras et mes deux jambes vont bien", déclare Hinault qui repartira le lendemain. Il remportera la victoire finale à Paris, la dernière d'une Français sur le Tour.

Vidéo : le départ de l'étape

Xavier Richard @littletwitman