Daniel Ricciardo (Renault) et Kevin Magnussen (Haas) à la lutte dans le jeu vidéo F1 2019
Daniel Ricciardo (Renault) et Kevin Magnussen (Haas) à la lutte dans le jeu vidéo F1 2019 | Teaser officiel F1 2019

Toujours plus vite, toujours plus fort : notre test de F1 2019

Publié le , modifié le

Avec le jeu vidéo F1 2019, Codemasters revient comme chaque année avec sa simulation de référence sur la Formule 1. Si ce nouvel opus ne déborde pas de nouveautés, il pousse un peu plus le réalisme, ce qui devrait ravir les fins connaisseurs comme les novices.

La série des F1 a beau ne souffrir d'aucune concurrence, elle est loin de se reposer sur ses lauriers. F1 2019 en est une nouvelle preuve. Pour son dixième anniversaire, l'éditeur anglais Codemasters revient avec une sortie anticipée de sa simulation par rapport à ces devancières, pour mieux coller au calendrier d'une saison de Formule 1 et laisser un peu plus de temps à ses joueurs d'en profiter. Après être devenue la référence du genre depuis plusieurs saisons, ce F1 2019 se devait donc d'être à la hauteur. Mission réussie.

Et il ne faut d'ailleurs pas longtemps pour le constater. Visuellement, ce F1 2019 fait un nouveau pas en avant vers un réalisme le plus proche possible du quotidien du paddock. Déjà séduisant par le passé, le jeu a encore gagné un peu plus en finesse graphique et offre une expérience remarquable. Le travail fait sur les ombres et la luminosité est saisissant. La sensation d'avoir de la poussière dans l'air des circuits désertiques comme Bahreïn ou les reflets des réverbères sur la peinture de votre monoplace à Singapour sont assez bluffants. Passées ces chatoyantes premières impressions, F1 2019 s'améliore aussi en immersion par d'autres éléments plus subtils comme la police officielle du championnat, rapprochant une course virtuelle à une rediffusion TV du dernier Grand Prix. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour les puristes, cela pourrait faire beaucoup.

Comparaison des graphismes entre F1 2018 et F1 2019 lors du Grand Prix de nuit de Singapour
Comparaison des graphismes entre F1 2018 et F1 2019 lors du Grand Prix de nuit de Singapour

F2 et rivaux pour pimenter votre carrière

Car F1 2019 ne le cache pas, il fait tout pour plaire aux fans de la discipline. Les apprentis ingénieurs auront tout le loisir de régler leur voiture avec une foule de possibilités techniques pendant que les passionnés de l'histoire de la F1 se réjouiront certainement de la présence de nombreux véhicules rétro, de la Lotus des années 70 à la Renault double championne du monde 2005 – 2006 aux mains de Fernando Alonso. Gros bémol en revanche sur le contenu additionnel de l'édition Senna / Prost, un des axes forts annoncés par Codemasters et qui se résume finalement à une série de défis sans relief et qui n'a de ces deux légendes que l'attirail (voitures, casques) sans en avoir le sel.

Cette petite déception est d'autant plus regrettable que le plaisir au volant est lui intact. Chaque voiture du plateau possède bien ses spécificités, et, à la manière des Hamilton, Leclerc et Vettel, vous devrez faire attention à l'usure de vos pneus et à vos choix stratégiques pour dominer vos adversaires.

Pour se rattraper et prolonger le plaisir, cette nouvelle édition ajoute même la Formule 2 à son contenu. Cette nouveauté est ainsi la principale curiosité du mode carrière, toujours aussi riche (recherche et développement de votre voiture, transferts durant l'intersaison, interview avec les médias...) bien que peu révolutionnaire. Vous débutez désormais dans l'antichambre de la F1 et devez passer par plusieurs défis pour gagner en visibilité et ainsi décrocher votre baquet à l'échelon supérieur. Ce passage à une véritable histoire scénarisée - comme l'a fait FIFA ou NBA 2K auparavant - a tout de la bonne idée mais manque de profondeur puisqu'elle ne dure que trois courses, puis… plus rien une fois votre arrivée en F1. Certainement un axe de développement pour l'avenir de la franchise.

La Formule 2 à l'honneur dans le jeu F1 2019, ici sur le circuit de Spielberg en Autriche
La Formule 2 à l'honneur dans le jeu F1 2019, ici sur le circuit de Spielberg en Autriche

L'eSport et le jeu en ligne comme étendards

Celui-ci passera visiblement aussi par l'eSport, qui prend un peu plus d'importance dans ce nouvel opus. Le mode compétitif du jeu a le droit à son menu propre, avec toutes les informations nécessaires, du calendrier aux replays. Les modes de jeu en ligne dans leur ensemble ont la part belle pour pouvoir affronter des joueurs du monde entier avec votre propre style, de la couleur de votre monoplace à celle de votre combinaison. La nouvelle option de championnats en ligne laissent entrevoir la possibilité de véritables ligues entièrement personnalisables au potentiel immense.

Face à votre console / ordinateur ou contre d'autres joueurs, ce F1 2019 saura s'imposer parmi les meilleures simulations de sport de la saison. Des excellentes sensations de pilotage au plaisir pour les pupilles, le jeu devrait ravir les connaisseurs comme les amateurs. Et il est peut-être une des dernières manières de voir Mercedes enfin mis à mal d'ici à la fin de saison…