L'échappée de la 16e étape
L'échappée de la 16e étape entre Vaison-la-Romaine et Gap | AFP - Pascal Guyot

Toujours pas de réussite pour les coureurs français

Publié le , modifié le

Les Français n’ont toujours pas gagné lors de ce Tour de France 2013. Pourtant, ils ne sont pas passés loin lors de cette seizième étape en terminant deuxième, troisième et quatrième à l’arrivée à Gap. La faute à un Rui Costa "trop fort" et à un manque de réussite depuis le départ en Corse.

Deuxième de l’étape, Christophe Riblon n’était pourtant pas déçu. "Rui Costa était au-dessus du lot. Il était plus fort dans la bosse. Je n’ai pas pu le suivre. Il n’ y avait pas photo", confie le coureur d’AG2R. "Il n’y a pas de regret à avoir. Le Portugais est un des meilleurs coureurs au monde, il a gagné le Tour de Suisse il y a un mois. On sait qui il est", rappelle-t-il.

Avec Jérôme Coppel (Cofidis), Arnold Jeannesson (FDJ.fr) et Andreas Kloden (Radioshack), les quatre hommes se sont bien entendus derrière pour essayer de revenir sur l’homme de la Movistar après avoir fait éclater un groupe de 25 hommes qui avait pris les devants dans les premiers kilomètres. "Tout le monde était à fond. On s’est pourtant bien entendus. Il fallait surtout que l’on ne se fasse pas reprendre pour la place de deux ".

Coppel: "Si tout s’expliquait dans le vélo cela serait trop facile"

Pas dans le coup depuis le début du Tour, le coureur de la Cofidis Jérôme Coppel, déçu de sa troisième place, se montrait également soulagé de retrouver du plaisir sur le vélo. "Cela fait du bien d’être devant. Il y a quelques jours je ne pensais pas finir ". Ce dernier qui ne donne pas de raisons particulières à la non réussite des Français cette année. "On était encore beaucoup de Français à l’avant. On est trois dans les cinq premiers. On va réessayer. Il n’y a pas de raisons particulières. Si tout s’expliquait dans le vélo cela serait trop facile ". "Cela va sourire pour les Français. Sky ne va pas tenter de gagner des étapes. Il va avoir encore des occasions", affirme Coppel.

Vichot: "Pas armés sur tous les terrains du côté français"

Des chances qui pourtant deviennent de plus en plus réduites pour le cyclisme français d’ici l’arrivée aux Champs-Elysées. "C’était aujourd’hui ou jamais", explique le champion de France Arthur Vichot. "Ce sont des étapes stéréotypées pour les sprinters ou pour les super grimpeurs depuis le début. On n’est pas armé du côté français pour jouer sur ces terrains là. Et pour le moment nos baroudeurs n’ont pas de réussite".

Vidéo: Coppel est tombé sur plus fort

Gilles Gaillard