Top 14: L'ancien capitaine du XV de France Guilhem Guirado poursuit ses études pendant le confinement

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Guilhem Guirado à l'entraînement
Guilhem Guirado à l'entraînement | FRANCK FIFE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Du pré vert au tableau noir. L'ancien talonneur et capitaine du XV de France Guilhem Guirado, aujourd'hui à Montpellier, met à profit le confinement et l'arrêt du Top 14, imposés par la pandémie de coronavirus, pour poursuivre ses études de commerce.

Analyse stratégique des entreprises, droit du sport, fiscalité... à 33 ans, Guilhem Guirado ne chôme pas. Même éloigné des terrains, puisque son dernier match de championnat date d'un nul à Toulon (19-19) le 9 novembre 2019. Et même à distance, puisque son école de commerce est basée à Nice. "C'est un diplôme qui va me servir pour l'après, forcément", explique-t-il, sans trop savoir ce qu'il veut faire lorsqu'il aura raccroché les crampons.

à voir aussi A La Rochelle, Grégory Alldritt rame à domicile A La Rochelle, Grégory Alldritt rame à domicile

Troquer la mêlée pour les cahiers

C'est à l'été 2019 que Guirado a rejoint l'Edhec de Nice, en troisième année, spécialisation marketing. Mais sa carrière de sportif de haut niveau, entre entraînements et compétitions, l'a parfois empêché de suivre ses cours en distance. "Tout le temps de retard que j'ai pris durant la Coupe du monde (2019 au Japon, NDLR), parce que j'avais un peu délaissé les études pour rester concentré sur la compétition, je suis en train de le regagner pendant ce confinement", raconte ainsi Guirado, capitaine des Bleus quarts de finalistes du dernier Mondial.

"Je le fais sur deux ans, c'est un Bachelor. J'avais déjà un DUT (en gestion logistique et transport, NDLR), donc un bac+2. Je vais essayer d'avoir un bac+4, du coup. Après, ça dépend de mon avancée et de ce que je vais réussir à valider. Terminer le plus tôt possible serait le mieux, évidemment, mais je ne suis pas non plus pressé. Ce qui est sûr, c'est que je m'attache à repousser mes limites. Je suis un compétiteur dans les études aussi", ajoute dans un sourire celui qui compte 74 sélections en Bleu, un titre de champion de France 2009 avec Perpignan ou une Coupe d'Europe 2015 avec Toulon.

à voir aussi Au Stade Toulousain, un trio confiné mais toujours uni comme en Nouvelle-Calédonie Au Stade Toulousain, un trio confiné mais toujours uni comme en Nouvelle-Calédonie

En attendant de penser à une reconversion, le vice-champion du monde affronte donc ses cahiers. "Au début, c'est vraiment délicat. J'avais un peu de crainte, de savoir si j'allais répondre présent. On perd vite les habitudes, surtout sur les études de cas. Il faut bien séquencer, être rapide... Le but, ce n'est pas de prendre tout son temps, il faut savoir bien traiter diverses informations. Il faut aussi se mettre en mode "bûchage" pour travailler, bien comprendre le cours et bien l'assimiler", confie le talonneur, qui a disputé trois Coupes du monde.

"J'essaie aussi de réussir ma vie de famille"

Outre ses propres devoirs à la maison, Guirado doit s'occuper de ses enfants, de son fils de deux ans mais aussi de sa fille de huit ans, "je l'aide pour les maths", au coeur d'un confinement pas toujours évident à vivre."Mais c'est vraiment constructif, vraiment très intéressant. Là, ça s'accélère assez rapidement et je me mets à jour sur ce que j'avais pris comme retard. Je suis quand même content, sachant que j'essaie aussi de réussir ma vie de famille", ajoute-t-il.

Au chômage partiel, comme le reste du championnat, l'ancien international ne touche que 84% de son salaire. Il doit aussi, et surtout, rester en forme, en attendant une hypothétique reprise du Top 14. Mais ce n'est pas ça qui inquiète un joueur à plus de 300 matches en pro. Non, Guilhem Guirado a une leçon d'analyse stratégique des entreprises à terminer.

AFP