Tour de France Thiriez
Frédéric Thiriez | AFP

Thiriez: "Le foot a à apprendre de beaucoup de sports"

Publié le , modifié le

Le président de la Ligue de football professionnel Frédéric Thiriez était invité sur le Tour de France lors de la dixième étape entre Chambéry et Gap. Il parle de sa passion pour la Grande Boucle et confie ses espérances pour relancer le foot français après le flop de l’équipe de France en Afrique du Sud.

Pourquoi cette présence sur le Tour de France ?
Je suis un fan absolu du Tour. J’essaie chaque année de me libérer pour suivre une étape, notamment une étape de montagne. Le Tour de France c’est un monument du sport. C’est un événement proche des Français. Il y a toujours une ferveur populaire autour du Tour qui ne se dément pas.

Le football doit-il s’inspirer du cyclisme ?
Le football a beaucoup à apprendre de beaucoup de sports, que ce soit du rugby ou du cyclisme. Il faut respecter le public et échanger avec lui. C’est le public qui fait vivre le football. Lors des états généraux du foot, qui vont se dérouler en octobre prochain, je vais demander un retour aux fondamentaux…

Quel sont ces fondamentaux ?
Il faut retrouver des notions de plaisir, de partage. Un sport collectif comme le foot induit des valeurs. Dans la charte qui sera mise en place, il faudra qu’apparaisse la notions d’effort, de rigueur, de discipline et de solidarité. Tout le monde de n’importe quelle origine ou de croyances doivent pouvoir jouer ensemble.

Après l’échec du Mondial, comment faut-il rebondir ?
En Afrique du Sud, nous avons assisté à un désastre moral. C’est un lourd préjudice pour le foot tricolore. C’était une crise prévisible. Mais maintenant il faut penser à l’avenir. J’ai une confiance absolue dans Laurent Blanc. Mais autour de lui, il faut réinventer un système fédéral. Il nous faut une gouvernance moderne. Il faut un exécutif fort et resserré. Mais je rappelle au passage que je ne suis pas candidat à la présidence de la Fédération. Mais en attendant que fait la Fédé ? Pas d’enquête et pas de commission… Je suis stupéfait et atterré….

Gilles Gaillard