Bernard Thévenet portrait 020712
Bernard Thévenet | AFP

Thévenet: "Un long round d’observation"

Publié le , modifié le

Double vainqueur de la Grande Boucle (1975 et 1977), Bernard Thévenet nous donne son sentiment sur les premiers tours de roue de cette 99e édition. Pour le moment, l’ancien coureur reste un peu sur sa faim…

Quelles sont vos premières impressions sur ce début de Tour ?
Bernard Thévenet: Il n’y a pas de grosses surprises. Il y a la domination de Cancellara qui est vraiment très fort en ce début de Tour. Il n’y a pas eu assez de mouvements pour se donner une idée. Les favoris doivent faire attention aux chutes. Il y a quand même 198 coureurs, ça frotte pas mal en fin d’étape. Leur gros sujet de préoccupation, est d’avoir des coéquipiers qui les mettent à l’abri pour passer en toute sécurité. A leur place, je jouerais la carte de la prudence, car pour le reste, ils marchent bien. Dimanche, il y avait des vents de côté, mais personne n’a pris l’initiative pour faire des éventails ou des bordures. C’est pour le moment un long round d’observation.

Que pensez-vous du tracé ?
BT: C’est un tracé qui donne la part belle aux sprinteurs sur les premières étapes. On va rentrer dans la montagne cette année un peu différemment avec le Jura, au lieu des Alpes ou des Pyrénées comme il le fait traditionnellement. Avec tous ces contre-la-montres, Bradley Wiggins est incontestablement favorisé pour le classement général. En dehors du général, il y a des Cancellara ou des Martin, peut-être Zabriskie, ou Rogers.

Les contre-la-montres feront-ils la différence ?
BT: Si les grimpeurs ne font pas preuve d’ambition, et n’attaquent que dans le dernier col, c’est sûr que le contre-la-montre fera la différence. Si les grimpeurs attaquent à chaque fois à deux cols de l’arrivée, font des à coups, essaient de mettre Wiggins en difficulté, cela pourrait peut-être changer la donne. Mais il faudra être courageux et ambitieux pour lancer des offensives dans les cols, car Wiggins va faire des écarts trop importants dans les chronos.

Vous parlez beaucoup de Wiggins, mais où situez-vous Evans ?
BT: On a vu que dans le prologue, il s’était rapproché de Wiggins par rapport au Dauphiné. Il sera de toute façon distancé par le Britannique dans les contre-la-montres, donc il devra faire obligatoirement l’écart en montagne.

Un mot sur les Français ?
BT: Pierre Rolland a loupé son prologue, et Jérôme Coppel s’est fait surprendre dimanche dans une cassure, donc cela ne commence pas très bien, mais il reste trois semaines. Cela dit, il y a eu Sylvain Chavanel qui a fait un beau numéro samedi, et quelques Français qui se sont illustrés dans la toute première échappée. Je surveille surtout la progression de Pierre Rolland et Jérôme Coppel, et j’attends de voir de quoi ils son capables. Même si ils disent qu’il faut attendre quelques jours encore, le Tour de France débute dès le prologue, pas dans quinze jours !

Romain Bonte