US Open Vera Zvonareva 092010
La rage de la Russe Vera Zvonareva | AFP - Don Emmert

Zvonareva sur la route de Clijsters

Publié le , modifié le

Comme chez elle à New York, Kim Clijsters a enregistré vendredi en demi-finale sa vingtième victoire consécutive aux dépens de l'Américaine Venus Williams (N.3) 4-6, 7-6 (2), 6-4. Pour conserver son titre, elle devra battre la Russe Vera Zvonareva, en finale de l'US Open sans perdre un seul set. Ultra-solide dans son jeu, la tête de série N.7 s'est qualifiée en dominant la Danoise Caroline Wozniacki (N.1), finaliste l'an dernier, 6-4, 6-3.

RETROUVEZ LE TABLEAU FEMININ DE L'US OPEN

Wozniacki ne rééditera pas sa performance de l'an passé à New York, quand  elle avait atteint sa première finale de Grand Chelem l'an dernier face à Clijsters. Serena Williams est du coup assurée de rester N.1 mondiale. "C'était encore un peu dur avec le vent mais j'ai su être patiente et agressive, a déclaré la Russe. Je suis satisfaite de ce que j'ai fait." "Ma première finale de Grand Chelem à Wimbledon était une grande expérience mais c'est déjà le passé, a-t-elle ajouté. Je suis dans le présent et pour  l'instant, je savoure ma belle victoire. Je penserai à ma finale plus tard."

Zvonareva a pris le service adverse à 1-1 pour s'en aller remporter la première  manche. La Danoise concédait son premier set du tournoi, elle qui n'avait concédé que 17 jeux en cinq matches, le plus faible total depuis les 14 jeux  lâchés par Serena Williams pour arriver en demi-finale en 2002. Mais, Wozniacki se montrait fébrile, commettant des erreurs inhabituelles dans les moments importants. La Russe s'adjugeait le set et, dans la deuxième manche, prenait de nouveau le service de la Danoise à 1-1. "J'ai fait des erreurs que je ne commets pas normalement. Pour moi, c'était  juste une sale journée au boulot", a déclaré Wozniacki, qui restait  sur une série de 13 victoires consécutives.

A 4-2, Zvonareva cassait une corde pour la quatrième fois du match. Après un  moment de flottement, où elle a joué avec une vieille raquette que son coach  avait avec lui, la Russe a dû se faire apporter des nouvelles raquettes sur le  court. "Cela ne m'était jamais arrivée", a-t-elle assuré. A la reprise après ce petit intermède, Wozniacki commettait sa 28e faute directe du match, elle qui n'en avait fait que 56 en cinq matches jusque-là,  mais gardait son service. Zvonareva continuait à bien servir et enregistrait son 5e ace pour mener  5-3. Sur le jeu suivant, la Danoise concédait le match sur sa mise en jeu.

Clijsters en patronne

A 26 ans, Zvonareva n'est plus très loin d'un premier titre en Grand Chelem. Même si son bilan face à Clijsters ne plaide pas pour elle (5 défaites et 2 victoires), il y a des raisons d'y croire. C'est notamment elle qui a remporté leurs deux derniers matches, en quart de finale à Wimbledon en juin et en quart de finale à Montréal en août. "Vera ne donne pas grand chose à l'adversaire, elle s'accroche toujours,  elle n'a pas un jeu imprévisible mais ce qu'elle sait faire, elle le fait très  bien", a d'ailleurs souligné la Flamande. Vendredi soir, Clijsters s'est elle aussi accrochée pour sortir Venus Williams. Le match n'a pas été d'une grande qualité mais la Belge a su profiter des erreurs de l'Américaine pour s'impose en trois manches 4-6, 7-6 (2), 6-4.

Le tournant de la rencontre a été le jeu décisif, dans le deuxième set. Venus, impériale jusque là au service, surtout au premier set où elle avait  laissé cinq malheureux points à Clijsters, a complètement déraillé. Elle a commis deux doubles fautes qui ont donné l'avantage 3/0 à Clijsters  puis fait deux fautes directes sur ses deux autres points de service. Clijsters  était remise en selle sans avoir eu à se démener. Après un break rapide dans le dernier set, la Belge explosait en vol à 4-3 en enchaînant deux doubles fautes et un coup droit au filet beaucoup trop long pour  permettre à Williams de débreaker. Mais l'Américaine ne profitait absolument de ces cadeaux tombés du ciel et servait une septième double faute pour donner une balle de break à Clijsters. Cette dernière sautait sur l'occasion avec un lob parfait et pouvait ensuite servir pour le match. Ce qu'elle accomplissait sans trembler.

REACTIONS

Kim Clijsters (BEL/N.2, qualifiée pour la finale): "A 4-4 dans la 3e manche, j'ai pu faire le break alors qu'elle servait du côté ou c'était le plus facile de servir (à cause du vent, ndlr), c'était le jeu le plus important car derrière j'ai pu servir pour le match de ce côté le plus facile. C'est vrai que le vent rend les choses difficiles ici depuis quelques jours, c'est pour ça que je suis quand même contente du niveau de jeu de ce match. Je trouve que j'ai bien joué avec le vent, je suis arrivée à la faire bouger, c'est vraiment là-dessus que j'essayais de me concentrer. Cela veut dire beaucoup de choses pour moi de pouvoir défendre mon titre samedi, battre Venus donne beaucoup de confiance et en plus je pense que j'ai fait un de mes meilleurs matches du tournoi. J'ai été capable d'élever mon niveau de jeu et ça, ça me fait vraiment plaisir. Etre capable de gagner un match aussi serré, c'est bien. J'ai été à la hauteur. (A propos de Zvonareva ) Vera ne donne pas grand chose à l'adversaire, elle s'accroche toujours, elle n'a pas un jeu imprévisible mais ce qu'elle sait faire, elle le fait très bien."

Venus Williams (USA/N.3, éliminée en demi-finale): "J'ai essayé vraiment dur, ce n'était pas facile de jouer mon jeu normal car le vent est un peu bizarre. J'ai joué quelques bons points mais dans le tie break, je n'ai pas bien joué et j'ai fait trop d'erreurs. J'ai essayé d'être agressive mais malheureusement ça n'a pas marché. J'avais plus de pression de le tie break car c'était dur de commencer à servir avec le vent derrière moi. C'est dommage car je n'ai pas eu beaucoup d'entraînement (à cause d'une blessure depuis Wimbledon). J'ai perdu ce match mais il y en aura d'autres. Je n'ai plus rien à prouver à ce point de ma carrière."

Vera Zvonareva (RUS/N.7, qualifiée pour la finale): "J'ai su trouver l'équilibre entre la patience et l'agressivité, c'est ce qu'il faut faire dans ces conditions de vent. Il ne faut pas hésiter à jouer un tennis pas très beau. J'ai une grande confiance en moi, je sais que si je joue un bon tennis je peux battre n'importe qui. La finale de Wimbledon a été une grande expérience, je m'en souviendrai toujours. Mais je regarde devant moi, Wimbledon c'est le passé. La finale (de l'US Open) sera un match comme les autres. Peu importe à quel niveau du tournoi j'en suis, je prends les matches les uns après les autres. Je joue avec passion sur le court, le tennis est un sport d'émotions et il ne faut pas hésiter à les montrer mais en dehors je suis quelqu'un de calme et pas du tout émotionnel."

Caroline Wozniacki (DEN/N.1, éliminée en demi-finale): "Elle a vraiment très bien joué, elle n'a pas raté grand chose, elle a été entreprenante, n'a pas retenu ses coups. J'ai eu des occasions mais j'ai fait des erreurs que je ne commets pas normalement. Pour moi, c'était une sale journée au boulot, malheureusement c'était aujourd'hui (vendredi) mais c'est le tennis. Il faut que je tire les leçons de cette défaite, même si je n'ai pas à rougir de ce que j'ai fait dans ce tournoi. J'ai un peu tout raté, coups droits, services... J'ai fait beaucoup de bois. J'ai essayé de plus bouger, de me mettre dans le rythme mais elle était très forte, elle mérite d'aller en finale. Je ne me sens pourtant pas fatiguée, pour être honnête. Cela ne m'aurait pas dérangé de jouer un match de plus."

Gilles Gaillard