Serena Williams
Le cri de la N.1 mondiale, Serena Williams | AFP - FILIPPO MONTEFORTE

Serena Williams met Azarenka et Rome à ses pieds

Publié le , modifié le

La N.1 mondiale Serena Williams a marqué les esprits à une semaine de Roland-Garros en remportant le tournoi de Rome. En finale, Victoria Azarenka (N.3) a beaucoup résisté (1h33) mais au score, elle a pris une énorme claque (6-1, 6-3). La seule fois où l'Américaine s'était imposée ici, c'était en 2002, juste avant d'être couronnée à Roland-Garros pour la seule fois de sa carrière. L'histoire va-t-elle se répéter pour une joueuse qui est invaincue depuis 24 matches ?

Le score est terrible. Il n'illustre pas vraiment le bras de fer engagé durant 1h35 par Victoria Azarenka pour tenter de ne pas couler face à la puissance de Serena Williams. Mais cette dernière est irrésistible. Depuis sa défaite en finale à Doha contre cette même Azarenka en février dernier, elle n'a plus connu la moindre défaite sur le terrain. Victoire à Miami en battant notamment Li, Radwanska et Sharapova, succès sur la terre-battue de Charleston en écartant sa soeur Venus et Jankovic, puis couronnement à Madrid en venant à bout d'Errani et Sharapova, et voilà Rome qu'elle accroché à son palmarès.

Après n'avoir pas perdu plus de cinq jeux par match dans la capitale romaine depuis le début de la semaine, la N.1 mondiale se savait très attendue par l'ancienne tenante du 1er rang de la WTA. Et si elle menait rapidement 3-0 dans la première manche, elle devait être patiente pour empocher ce premier acte, sur un score très large (6-1) mais acquis en 46 minutes. Il est vrai que ses 45% de premières balles ne l'aidaient pas à écourter les échanges et à mettre son jeu en puissance bien en place.

L'enchaînement Rome-Roland-Garros comme en 2002 ?

Dans le deuxième set, Williams se procurait des balles de break dans chaque jeu de service, mais elle devait attendre jusqu'au 6e jeu pour en transformer une et ainsi de nouveau creuser l'écart pour mener (4-2) après 1h20 de jeu. Mais elle concédait aussitôt le sien, ce qui avait également été le cas lors de la première manche. Et après avoir sauvé une balle d'égalisation à (4-4), l'Américaine reprenait l'engagement d'Azarenka, coupable d'une terrible double-faute sur la balle de break (5-3). L'occasion était trop belle pour la laisser passer une nouvelle fois. Deux aces dans cet ultime jeu, et Serena Williams pouvait soulever le trophée de Rome, pour la deuxième fois de sa carrière.

Par ses résultats, Serena Williams est plus que jamais la grande favorite de Roland-Garros, où elle avait été éliminée dès le 1er tour l'an dernier par Virginie Razzano. D'autant plus que la seule fois où elle s'est imposée à Rome, elle a gagné à Paris son seul titre du Grand Chelem sur terre-battue.