Serena Williams
Serena Williams | AFP - MIKE EHRMANN

Serena renverse Sharapova

Publié le , modifié le

Serena Williams, N.1 mondiale, a logiquement remporté le tournoi de Miami en disposant en finale de la Russe Maria Sharapova (N.2) en trois sets 4-6, 6-3, 6-0. Après une mise en route laborieuse, et malgré le vent, l'Américaine installée en Floride, a renversé les éléments et son adversaire, pour s'octroyer un sixième titre dans son jardin de Key Biscayne.

Elle dépasse en nombre de victoires l'Allemande Steffi Graf qui l'avait emporté cinq fois à Miami. Un tournoi de prestige où Maria Sharapova espérait bien atteindre enfin la consécration pour sa cinquième finale. Elle y arrivait une nouvelle fois sur une série de onze victoires consécutives en deux sets, mais s'il y avait une joueuse qui pouvait la stopper, c'est bien Serena Williams, impressionnant de sérénité et de puissance. 

La reine du tennis féminin, à 31 ans la joueuse la plus âgée à avoir jamais occupé le premier rang du classement WTA, n'a plus perdu face à Sharapova depuis 2004 et cette fois encore, après un premier set où elle a cherché ses marques, alors que la Russe était plutôt bien dans le match, Serena Williams a remis les choses en place. Et tranquillement, en puissance, à l'usure elle a dicté sa loi sur le court avant même de se promener dans la dernière manche sans laisser la moindre chance à Sharapova. 

Sharapova toujours bredouille à Miami

Sharapova a toutefois réussi à prendre un set à Williams pour la première  fois depuis 2008 et pour la première fois sur dur depuis l'Open d'Australie  2005. Très agressive, particulièrement en retour de service, la native de Sibérie  a plus que bousculé l'Américaine, jusqu'à mener 3 jeux à 2 dans le deuxième  set, livrant un tennis propre, à l'inverse de l'Américaine (20 fautes directes  au premier set). La donne a complètement changé à partir du moment où Williams  a débreaké sur un jeu blanc pour égaliser à 3-3.

La Russe n'a alors plus gagné un jeu, sous l'effet des coups d'une Serena ultra-réaliste (seulement 9 fautes directes dans les deux derniers sets) et  dont la balle faisait de plus en plus mal à Sharapova. En voulant prendre tous les risques, la Russe a commis de plus en plus  d'erreurs et, pressée sur son service, n'est jamais arrivée à sauver une balle  de break (7/7 pour Williams). Sharapova, qui restait sur une série de onze victoires consécutives sans  perdre un set, a vécu un nouveau crève-coeur en finale à Miami, le troisième  consécutif après des défaites en 2005, 2006, 2011 et 2012.

Williams, la bête noire

Cela fait bientôt 10 ans que Maria Sharapova n'a plus gagné contre Serena Williams. C'était en 2004, une année où la Russe avait battu l'Américaine deux fois en finale, à Wimbledon et au Masters. Samedi, elle n'est pas passée loin, mais comme lors des 10 dernières confrontations entre les deux joueuses, la numéro 1 mondial à eu le dernier mot. "J'ai fait un pas dans la bonne direction  avec ce match, j'ai mieux joué (que lors de ses précédents matches) même si je  n'ai pas assez bien joué pour gagner. Nous ferons beaucoup d'autres matches et  il n'y pas de raison que je ne la batte pas", a relativisé la Russe, pas abattue par ce revers. "Je suis quand même très heureuse  d'avoir bien joué durant ce mois de mars, j'ai fait un grand tournoi ici, il  n'y a que du positif. C'est dur de perdre en finale mais c'est bien aussi d'y être".

Serena Williams, de son côté, s'est montré satisfaite de ce nouveau titre acquis au forceps: "Ce n'est clairement pas mon meilleur tournoi mais je suis contente d'avoir ce record (de six victoires)", at-elle confié. "Au début du tournoi, au vu de la façon dont je jouais, je ne  pensais pas que j'en arriverais là. Mais ça fait du bien d'avoir surmonté tout  ça. Dans le premier set, je faisais tellement d'erreurs, je me suis dit:  +Serena est-ce que tu vas vraiment jouer cette finale sans exprimer ton  potentiel ?+ Je n'avais pas beaucoup d'énergie. J'ai essayé de me relâcher. Je  savais que je pouvais mieux jouer que ça. Maria a joué comme je ne l'avais vu  jouer, elle était incroyablement mobile et tapait des coups gagnants de partout  alors que moi j'avais 20 fautes directes après le premier set, je me demande  comment j'ai fait pour gagner alors que je n'étais pas à mon meilleur niveau.  Je ne pensais pas que je gagnerais tant de jeux d'affilée (10, ndlr) car elle  avait vraiment bien joué jusque là. (A propos de son service) Je n'ai pas bien  servi durant tout le tournoi si on regarde les statistiques et aujourd'hui  (samedi) il a fallu que je me repose sur d'autres secteurs de mon jeu. J'aime  jouer contre les meilleures, pas seulement Maria mais toutes les joueuses qui  me font hausser mon niveau. Je suis solide dans ma tête, c'est une qualité que  j'ai depuis toute petite."

Christian Grégoire