Sabine Lisicki
Sabine Lisicki | AFP

Nouveau record pour "Boum-Boum" Lisicki

Publié le , modifié le

L'Allemande Sabine Lisicki, a fait pleuvoir 27 aces lors du tournoi de Birmingham pour s'offrir un nouveau record grâce à son service dévastateur, le plus rapide du circuit WTA, qui lui a valu le surnom de "Boum-Boum" au féminin.

La 19e joueuse mondiale est loin d'avoir le palmarès de celui qui avait  étrenné ce surnom, son illustre compatriote Boris Becker, ancien N.1 mondial et  six fois titré en Grand Chelem. Mais la puissance de son service, flashé à 211  km/h en juillet à Stanford États-Unis, lui a valu la même étiquette. L'Allemande de 25 ans avait alors surpassé l'Américaine Serena Williams,  flashée à 207 km/h lors de l'US Open 2007. Sur l'herbe anglaise, sa surface de  prédilection, Lisicki a fait tomber une autre performance de la N.1 mondiale  qui co-détenait jusqu'alors le record du nombre d'aces sur un match (24) avec  l'Estonienne Kaia Kanepi.

A Birmingham, où elle s'était imposée en 2011, la joueuse à la tresse  blonde en a passé 16 lors de la seule première manche - en quatre jeux de  service - avant d'en réussir 11 dans la seconde pour écarter la Suissesse  Belinda Bencic, 31e, (6-1, 7/6 (7/4)) au deuxième tour. A titre de comparaison, chez les messieurs, le record d'aces dans une  rencontre en deux sets gagnants (44) est co-détenu par l'Australien Mark  Philipoussis et le Croate Ivo Karlovic. Côté vitesse, l'Australien Samuel Groth  a décroché la palme avec une balle enregistrée à 263 km/h lors du tournoi  challenger en 2012 à Busan (Corée du Sud). "C'est bon de décrocher un autre record. Mon service est une bonne arme sur  herbe. Et j'adore jouer sur herbe", a réagi Lisicki, opposée jeudi à la  Slovaque Magdalena Rybarikova (59e) au troisième tour à Birmingham. 

Cornet: 'Je peux t'emprunter ton service?'

Elle avait vécu son moment de gloire en 2013 en atteignant la finale à  Wimbledon, battue par la Française Marion Bartoli (6-1, 6-4). Dans le "temple  du tennis", l'Allemande née à Troisdorf, près de Cologne, avait aussi disputé  une autre demi-finale en 2011 et atteint les quarts à trois autres reprises  (2009, 2012, 2014), alors qu'elle n'a jamais dépassé les huitièmes dans les  trois autres levées du Grand Chelem. Dotée d'un jeu offensif qui se prête bien aux surfaces rapides, Lisicki ne  parvient pas à s'inviter dans le gratin mondial, la faute à son manque de  polyvalence et à un mental quelque peu friable.

A 25 ans, elle compte quatre titres à son actif (Charleston 2009,  Birmingham 2011, Dallas 2011, Hong Kong 2014) et n'a encore jamais intégré le  top 10 (12e, son meilleur classement en 2012). Mais avec sa redoutable mise à feu et ses qualités sur gazon, l'Allemande,  victime d'une grave blessure à une cheville en 2010 (cinq mois d'arrêt) qui  avait stoppé son ascension, pourrait se révéler comme l'un des principaux  outsiders à Wimbledon cette année. Son service fait d'ailleurs des envieux sur le circuit WTA. "Je peux te  l'emprunter pour un match?", a plaisanté la Française Alizé Cornet (24e)  mercredi sur Twitter.

AFP